Claude Lévêque, 9 octobre 2013

Le 9 octobre 2013, Claude Lévêque a présenté ses travaux récents dans le cadre du séminaire exceptionnellement délocalisé à l’Institut culturel Bernard Magrez, 16 rue de Tivoli à Bordeaux, dans le cadre de son exposition Here I rest, mon repos au château.


Une réflexion au sujet de « Claude Lévêque, 9 octobre 2013 »

  1. Etre plus fou que celui d’en face, Asile, Here I rest – Mon repos au château, Efface-toi, La rumeur des batailles, Le Royaume de ce monde, Je suis venu ici pour me cacher… À l’heure d’un nouveau sacrement (CL sera au Louvre l’année prochaine), les titres d’expositions de Claude Lévêque sont emprunts de mélancolie et inquiètent.
    Ils révèlent encore un soucis de la situation, de la position et du lieu : « En face », « Asile », « Here », « Château », « batailles », « royaume », « ce monde », « ici »…Car en effet il faut des lieux à Claude Lévêque pour s’installer, lui, l’artiste sans atelier, presque sans résidence fixe.
    Ses installations sont narratives, elles racontent des histoires avec quelques mots. Ici pris dans les titres : « Fou », « Asile », « repos », « Efface », « cacher »…
    Nous finissons, lors de l’exposition monographique chez Bernard Magrez, sur « Larmes » (2011). Lettres écrites en néon orange/rose sur un capot de voiture rouge. Une tristesse infinie dans une lumière douce, chaleureuse, comme un sfumato heureux sur ce capot de métal froid prêt à être froissé.
    A l’entendre, à le voir, on se dit que malgré tout Claude Lévêque est resté un gosse, et qu’il résiste (à quoi ?) dans « son monde » : une planque où un enfant terrible va jouer ses histoires, et parfois y cacher son chagrin à la lueur d’une bougie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *