1. Enseigner

Au début de son séminaire sur l’angoisse (1962-63), Jacques Lacan évoque la question de l’enseignement. Il faut avoir en tête que Lacan s’adresse à des psychanalystes et que ce que je puis en tirer ici tient d’une sorte de glissement – comme le dit d’un terrain glissant, comme c’est souvent ou toujours le cas lorsque l’on emprunte à tel ou tel, notamment à la psychanalyse.

Dans son introduction, Lacan se demande ce que serait enseigner non seulement « à qui ne sait pas », mais plus encore, compte tenu de son sujet, plus exactement ses sujets, indéterminés et pour cette raison rassemblés dans un « on ne savait pas », Lacan se demande donc ce que serait enseigner, donc « à qui ne peut pas savoir ».

D’autre part, l’obscurité de Lacan, qui doit beaucoup à Mallarmé, s’explique assez simplement quand, depuis Fichte, Lacan indique vouloir conduire son lecteur vers une conséquence « où il lui faille mettre du sien ».

Voilà une première chose indiquée au participant de ce séminaire : il faudra qu’il y mette du sien.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *