2. Petit tas

L’objet petit a, qui fait ici l’objet d’un witz dont je me suis toujours demandé s’il était à l’origine du concept de Lacan, n’est objet qu’à comprendre dernier ce terme, comme Jacques-Alain Miller l’a rappelé, en fonction de la signification causale du préfixe ob, et non de sa signification, disons spatiale (« devant »). L’objet petit a n’est pas celui de la Sehnsucht romantique, cette quête tensive, mélancolique, d’un je-ne-sais-quoi qui serait placé devant, et inatteignable. C’est ce qui, en deçà du sujet, est la cause du désir.

Un de ces coq-à-l’âne auxquels on se livre en somnolant me fit un jour subitement passer du petit a au non a, celui de A.E. (Alfred Elton) Van Vogt, dont le livre The World of Null-A, datant de 1945, a été traduit en français en 1953 par Boris Vian sous le titre Le monde des Ā : où la liaison se prononce, comme dans « nul et non avenu ». Cette liaison a son importance puisque de non a je pensai tout aussi automatiquement à la nona ora, cette œuvre drôlatique de Maurizio Cattelan figurant le pape Jean-Paul II écrasé par une météorite, le titre italien faisant allusion à la neuvième heure où le Christ sur sa croix s’écrie d’une voix forte, selon Mathieu, « Eli Eli, lama sabachthani ? ».

Dans ce glissement sur la chaîne des signifiants, dois-je m’arrêter – comme on le dit d’un détail – à Van Vogt, ou  même à Cattelan ? Je remarque par exemple que Van Vogt s’inspire dans son livre de la sémantique générale d’Alfred Korzybski, dont, soit dit en passant, la phrase célèbre, « une carte n’est pas le territoire », a eu d’autres fortunes dans la littérature française et dont les travaux ont aussi eu quelque incidence sur l’histoire de l’art (Kenneth White sur Antonin Artaud). Je me borderai pour le moment à remarquer au sujet de cette association libre, du petit a au non a, qu’il y est question de sémantique, ce qui n’est sans doute pas un hasard.

Quant à Cattelan – pour lequel, au passage, j’avoue un certain faible –, la première chose qui me vient à l’esprit pour comprendre ce glissement du petit a à la nona, c’est que dans son œuvre, curieusement, il n’y a pas de sexe. Il y a de la jouissance, ô combien, mais pas de sexe. Ce qui, provisoirement, indique qu’il y aurait là une sublimation ou, plutôt, une Aufhebung, selon ce terme d’Hegel qui n’a pas de traduction française : une transmutation de la jouissance, débarrassée du fantasme et de la transgression de l’interdit : une jouissance positive.

– Je m’aperçois aussi, en écrivant ces lignes, que dans Cattelan, il y a Lacan.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *