3. Sens dessus dessous

Il me revenait l’autre jour ce que disait au sujet des sols cet ingénieur agronome, Claude Bourguignon, qui entre autres choses passionnantes évoquait l’aberration en quoi consiste selon lui – et, pour le peu que j’en connaisse, cela est convaincant – un labourage profond. Je me demandai donc ce que mon grand-père eût pu en penser, lui que je voyais chaque automne consciencieusement bêcher son jardin, ignorant sans doute que les paysans boliviens, de toute éternité, ne plantent pas les pommes de terre dans le sol mais les y posent, les recouvrant simplement de paille.

À trop les retourner, explique Bourguignon, le paysan occidental a tué les sols : amenant dessus ce qui est dessous et inversement, ce qui altère les processus chimiques et organiques en jeu. Littéralement : c’en dessus dessous, qui par un de ces miracles dont l’histoire de la langue est coutumière, a fini par s’écrire sens dessus dessous.

À ce point, s’éclaire tout aussi miraculeusement le destin, chez Jacques Lacan, d’une formule de Ferdinand de Saussure. Ce dernier formalisait en effet le rapport (arbitraire) du signifié (le concept) et du signifiant (l’image acoustique) par Sé/Sa. Le signifié sur le signifiant. Position qu’inverse Lacan : le signifiant sur le signifié. Sens dessus dessous.

(à suivre)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *