Lâcher la bride (2)

« Il n’y a pas de rapport sexuel. » Bam. Parce que, à ce que j’en ai compris, et quoi qu’en disent certaines féministes, il y a entre le désir de chaque genre quelque différence qui, ici, importe : l’homme, à le dire vite, disjoint assez bien l’objet de l’amour de celui de la pulsion, ce que la femme, je parle par ouï dire, et donc le mets au conditionnel, serait tout à fait capable de faire converger les deux dans l’être de son élection.

Et de là ne faut-il pas s’étonner qu’en d’autres termes, monsieur s’alarme de ce que la jouissance ait lieu sans lui – c’est-à-dire qu’il soit jaloux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *