Twombly, encore

[…] Les grands tracés cycloïdaux qui forment la plus grande part de l’œuvre Cy Twombly entre 1967 et 1972 en sont la plus parfaite démonstration. Alors même que, comme je l’écrivais dans mon livre sur l’artiste, le tracé peut se lire en suivant le parcours de la ligne, je ne voyais littéralement pas ce que cette ligne dessine en creux : le vide autour duquel se déroulent ces spirales. Je ne connaissais pas, alors, le travail de Lacan sur le tore dans son séminaire sur l’identification (1961-1962). Car, pour en revenir et ne s’en tenir qu’à mon sujet, c’est dans ce séminaire que Lacan élabore grâce à la topologie une formalisation, une « symbolisation remplaçable par n’importe qui d’autre », de quelque chose qui a un rapport avec la fonction du désir et le petit(a), là, précisément, dans le jeu de ces cercles autour du vide du tore et de celui que celui-ci définit : alors même que je saisissais – c’est tout le sens de mon livre – quelque chose du manque fondamental à tout être, dont toute l’œuvre de Twombly est une expression, je ne voyais que la ligne en sa course et non le vide autour duquel elle s’enroule – quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *