Une réflexion au sujet de « David Scher, 27 novembre 2013 »

  1. David Scher dessine tous les jours, tout le temps et ce, dit-il, depuis toujours. A peine une idée émerge-t-elle dans son esprit qu’elle se forme déjà au bout de sa mine : la formulation des idées par le vocabulaire irait, dit-il, moins vite… Le dessin est alors « décalco-manie » de l’esprit (insistons sur la « manie » psychologique et le « manie »-ment mécanique…) et la frénésie avec laquelle il dessine fait penser à l’urgence testamentaire d’un condamné : ne purgerait-il pas les obsessions de son esprit par le dessin (le centaure Chiron ne soignait-il pas grâce à ses mains) ?

    Ainsi il croque frénétiquement. Parfois à la lisière des comics sans que cela en soit, du dessin de presse sans destination politique ou de la caricature mais pas seulement (Honoré Daumier)… les dessins de David Scher troublent car ils s’affranchissent des genres. D’ailleurs il remplit ses carnets d’études et de croquis sans qu’il n’envisage de peinture par la suite. En effet ces dessins ne préparent rien, ils ne sont pas les esquisses (de « schizzo » – ébauche) d’une œuvre à venir qui se voudrait plus grande et plus noble : ces petits dessins sont l’Œuvre en soi. Car nous avons bien à faire là à au travail d’un maître (zen ?) au raffinement assuré : il est plus question ici de Giacometti (portraits), Rembrandt (gravures) ou Rodin (les érotiques) que d’entertainement. Pourtant, l’ironie et les pointes d’enfantillages qui habitent aussi ses dessins convoquent à des sentiments antagonistes : nous avons à faire ici à une sophistication primitive, à un jazz raffiné et âpre qui aurait la brutalité et la franchise de son petit frère insolent le blues.

    Comme certains, qu’il ne cite pas pour autant, ses carnets sont à ses yeux majeurs aux formats plus grands (les Cahiers de Valéry, les codex de Leonard). C’est que le travail des carnets est un travail de recherche. Dira-t-on à ce titre que la recherche pour David Scher prime sur l’objet final qu’attendent les arts plastiques ? Quelle que soit sa réponse, il y a quelque chose de souverain pour lui à remplir ces cahiers, à faire ce qu’il désigne comme son « real work« . Les formats plus grands, des feuilles essentiellement, qui ne se ferment pas contrairement aux carnets que l’on referme une fois la dernière feuille noircie, portent par définition une vocation démonstrative car ils sont plans et ouverts, destinés ainsi au regard d’autrui. Alors, peut-être, David Scher ne les aborde pas avec la même sincérité que le travail qu’il effectue dans l’intimité des carnets : sur ces grandes feuilles, il y a un foisonnement probatoire, une démultiplication des traits et l’apparition de la couleur qui ne l’emportent pas sur l’extrême économie des croquis des carnets (petits moyens / grands résultats).
    David Scher pose en ce sens la grande question de la sincérité de la pratique artistique, et de son pourquoi. La réponse dépasserait de loin les limites de l’histoire de l’art et des arts plastiques…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *