Archives de catégorie : 2014-2015

Mercredi 13 mai : Valérie Jouve

Photographe et cinéaste, Valérie Jouve nous parlera de son travail commencé en 89. Ce travail se développe aujourd’hui en partie en Palestine. Comment la photographie, peut-elle prendre part au réel, donc au politique, cet espace qui fonde le groupe. Et comment l’image a-t-elle encore aujourd’hui, une capacité à la construction d’imaginaires résistants et utopistes. Elle évoquera notamment le projet montré au Mac/Val l’année dernière (14 juin 2014 – 4 janvier 2015) et son exposition au Jeu de Paume du 2 juin au 17 septembre prochains.
Voir http://www.valeriejouve.com/

 

logo_clareLogo ARTES 171x97

Mercredi 15 avril : Alban Denuit

Né en 1983, Alban Denuit est artiste. Diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux Arts de Paris en 2009, il achève une thèse en arts plastiques à l’université Bordeaux Montaigne. Son oeuvre sculpturale questionne les normes qui règlent les dimensions et les formats des objets les plus divers du quotidien, des normes souvent invisibles mais structurant les objets aussi bien que notre cadre de vie et que le travail d’Alban Denuit dévoile.
Le séminaire sera aussi l’occasion d’évoquer avec lui les œuvres récentes présentées lors de la dernière exposition collective de la galerie Eponyme.

 

mercredi 18 février : Yann Sérandour

Né en 1974, Yann Sérandour reviendra sur l’ensemble de son travail initié au début des années 2000 dans son rapport à quelques récits historiques. De l’art conceptuel à la culture domestique des cactées, il interroge, à travers une œuvre de relecture, les mécanismes de transmission et de fétichisation de leurs objets à travers le temps.
Privilégiant le texte, le livre ou l’imprimé, il a également publié de nombreuses publications d’artistes dont Inside the White Cube. Édition palimpseste (JRP Ringier, Zürich, 2009) et vient d’éditer avec Sébastien Pluot l’ouvrage collectif Une traduction d’une langue en une autre consacré aux phénomènes de traductibilité dans l’art (Presses du réel, Dijon, 2014).
Titulaire d’un doctorat en arts plastiques, il est également enseignant-chercheur à l’université Rennes 2. Son travail est représenté par la galerie gb agency, Paris.

Mercredi 21 janvier : Elvan Zabunyan

En s’appuyant sur une actualité de la recherche et sur des exemples d’expositions récentes, il s’agira de considérer la façon dont la question postcoloniale éclaire aujourd’hui les propositions visuelles et théoriques produites par les artistes et intellectuel(le)s issu(e)s de ce que l’on nomme la diaspora noire en permettant de relire la période coloniale par une réécriture de l’histoire de l’art contemporain.

Elvan Zabunyan est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Rennes 2 et critique d’art. Ses recherches portent sur l’art nord-américain depuis les années 1960 et notamment le tournant 1970 autour des questions raciales et féministes. Elle travaille depuis le début des années 1990 sur les problématiques issues des cultural studies, des théories postcoloniales et des études de genre en cherchant à construire, grâce à ces pensées critiques, une méthodologie de l’histoire de l’art contemporain articulée autour d’une histoire culturelle, sociale et politique. Elle a publié Black is a color, une histoire de l’art africain américain (Dis Voir, 2004 et 2005 pour la version anglaise), co-dirigé plusieurs livres et a écrit de nombreux articles dans des ouvrages collectifs, des catalogues d’exposition et des périodiques. Son dernier ouvrage est consacré à l’artiste coréenne-américaine Theresa Hak Kyung Cha (Presses du réel, Dijon, 2013).

Mercredi 17 décembre : Régis Michel

DE L’ARTISTE À L’ACTIVISTE

L’art, écrit Zmijewski, n’est plus aujourd’hui qu’un exercice d’impuissance, entre la mode et le spectacle. Ce n’est pas seulement qu’il est cannibalisé par le marché ou par les institutions, ce qui revient (presque) au même. C’est aussi qu’il n’a plus rien à dire, et pire encore, plus rien à faire, dans l’univers douteux du business culturel. Il est urgent que l’artiste se change en activiste aux prises avec le biopouvoir. Depuis Foucault, l’inventeur du concept, le pouvoir de l’État sur la vie a pris des formes nouvelles. Nous sommes passés de la société disciplinaire à la société de contrôle qu’évoquait Deleuze, où la surveillance devient virtuelle, c’est-à-dire exponentielle : voici le temps du cyberpanopticon.  Jamais sans doute la démocratie ne fut plus régressive – et la vie plus nue, au sens de Benjaminc’est-à-dire privée de tout – dans ce retour des camps, fussent-ils électroniques,qui est, note Agamben, le paradigme de nos errements. On étudiera, sans restriction de médium, ce que devient, films à l’appui, la production des images (et autres) dans cette régression biopolitique, et quelles sont les stratégies de résistance que lui opposent les artistes/activistes, entre sabotage et court-circuit, comme dit encore Deleuze, pour rompre avec la loi du marché, la dérive des institutions, la faillite de la critique et l’indifférence du public.

Régis Michel est conservateur en chef au Musée du Louvre, chercheur associé à l’INHA, professeur invité à l’université de Suisse italienne (USI). Il est l’auteur de nombreux travaux (essais, colloques et catalogues) sur les origines de la modernité, de David à Géricault via la Révolution, et sur l’anthropologie critique de l’art occidental, à la faveur d’expositions comme Posséder et détruire (sur la sexualité) ouLa peinture comme crime (sur la rationalité). Sa réflexion s’est portée depuis sur la crise du contemporain, dont témoigne l’exposition qu’il a consacrée à l’art vidéo (L’œil-écran. Cent vidéos pour repenser le monde), qui reste, sauf erreur, la plus vaste à ce jour, et sur les arts du corps dans le théâtre expérimental, lequel réinvente, à l’Est de l’Europe, la pratique subversive de la performance.

 

logo_clareLogo ARTES 171x97

Mercredi 3 décembre : Romaric Favre

Sigma : retour sur une exposition.
Romaric Favre

Un an après l’exposition Sigma (14 nov. 2013-2 mars 2014), Romaric Favre revient sur la genèse du projet et ses enjeux.  Il évoquera la méthodologie de l’exposition, sa scénographie, ce qui sera l’occasion de montrer un certain nombre de documents d’archives, notamment sur le cinéma expérimental.

Romaric Favre est responsable du département événements et éditions du capc, et co-commissaire de l’exposition Sigma.

Mercredi 12 novembre : Serge Guilbaut

Dis, c’est encore loin l’Amérique ? Tais-toi et peins.

Après la guerre, la France certes était à reconstruire, mais c’était surtout son image symbolique et culturelle qu’il fallait refaire. Paris, capitale des arts, qui avait souffert non seulement de l’occupation mais aussi et surtout de la collaboration, devait se retrouver, se reformuler. L’angoisse qui s’enracinait dans la modernité et qui était au centre des questions qui travaillaient l’Occident et que New York embrassait, semblait cependant être trop souvent ignorée par les institutions culturelles françaises qui préféraient un optimisme mâtiné de luxe et parfois de volupté.  C’est cette différence qui sera au centre de la conférence : les rapports franco-américain dans toute leur violence symbolique.

Serge Guilbaut, historien de l’art, professeur à l’University of British Columbia  (1990-2013) auteur du best-seller en histoire de l’art, traduit en quatre langues : How New York Stole the Idea of Modern Art (University of Chicago Press, en 1983 ; tr. fr. Paris 1990), éditeur de plusieurs ouvrages de référence sur l’art de l’après-guerre (Modernism and Modernity, Nova Scotia School of Art and Design Press) 1983, rééd. 2006, Reconstructing Modernism (MIT) 1990, Voices of Fire : Art Rage, Power and the State, University of Toronto Press, 1996, et commissaire d’expositions comme Up Against the Wall Mother Poster (1968 Posters) 1999,  ou Be-Bomb: The Transatlantic War of Images and all that Jazz. 1946-1956, MACBA, Barcelona, 2007. Il termine un livre sur les débats d’après guerre à Paris intitulé : Le Crachat, le Carré et l’ouvrier.

 

Mercredi 22 octobre : Ghislain Mollet-Viéville

Un agent d’art peut-il être considéré comme un artiste aujourd’hui ?

Séance animée par François Trahais, doctorant en histoire de l’art à l’université Bordeaux Montaigne.

Ghislain Mollet-Viéville est agent d’art, membre de l’Association internationale des critiques d’art, expert honoraire près la Cour d’appel de Paris. Depuis 1975 son agence d’art est ouverte uniquement sur rendez-vous pour toute information concernant l’art minimal & conceptuel jusque dans ses développements aujourd’hui. Son but : faire intervenir différentes instances au sein de notre société pour mettre à jour les modalités de production, de diffusion, d’acquisition et d’actualisation d’œuvres dont l’originalité demande des principes inédits de présentation et d’activation. Avec lui, l’objet de l’art ce n’est plus seulement l’objet d’art ! C’est pour défendre ces pratiques qui sortent du cadre habituel des lieux de l’art, qu’il a initié la profession d’agent d’art en parallèle à sa position de collectionneur entreprenant. Il manifeste par là son intérêt pour la gestion de l’art dans ses rapports avec la société. Les artistes auxquels il s’intéresse, rompent avec l’idée de style ou d’autonomie de l’œuvre d’art et prévoient pour la présentation de leurs œuvres, des protocoles qui engagent notre société à des prises de position qui rendent obsolète la valorisation de l’art en tant qu’objet fini et fétichisé. Ils donnent ainsi la primauté à des œuvres dont les éléments matériels sont toujours de passage. Son but est de présenter un art qui accorde beaucoup plus d’importance à ses modalités d’interprétation et d’actualisation dans le temps plutôt qu’à sa matérialisation dans un lieu unique. Les contours de l’art, la question de l’articulation de l’œuvre à des contextes toujours différents, induisent alors des initiatives à tous les niveaux qui déterminent, in fine, la portée de l’œuvre elle-même. Activations, légitimité du commanditaire, place de l’auteur et de la signature dans de tels dispositifs, donnent alors l’occasion de réflexions qui lui paraissent aussi intéressantes que les œuvres elles-mêmes. Enfin, activer les œuvres au sein de la société plutôt que de les accrocher sur les cimaises des musées ou au dessus de la cheminée des collectionneurs, constitue à ses yeux la principale qualité d’un art qu’il souhaite libérer de l’idée de l’art. Tout cela constituant évidemment un art entrant en résonance avec la vie réelle. Un art proche d’un certain mode de vie, un état d’esprit qui nous invite à un certain art de vivre !

Ghislain Mollet-Viéville participe à la Biennale de Paris depuis 2001 et à l’Institut des hautes études en arts plastiques (Iheap).

Calendrier 2014-2015

Le séminaire se déroule le mercredi de 16h à 18h au Capc de Bordeaux, salle des communications.

 

1er semestre (septembre-décembre)
Chaque semaine à partir du 24 septembre
Programme des invitations :

Mercredi 8 octobre
Pierre Monjaret

Pierre Monjaret nous parlera de son activité et de ses fictions, autour de la Bergerie – Lieu d’art contemporain et des guides Legrand des buffets de vernissage.

Mercredi 22 octobre
Ghislain Mollet-Viéville

Conversation entre Ghislain Mollet-Viéville, collectionneur, expert, critique et « agent d’art » comme il se définit,  et François Trahais, doctorant en histoire de l’art travaillant sur les collections d’art conceptuel en France.

Mercredi 12 novembre
Serge Guilbaut

Serge Guilbaut, historien de l’art, professeur à l’University of British Columbia  (1990-2013) auteur du best-seller en histoire de l’art, traduit en quatre langues : How New York Stole the Idea of Modern Art (University of Chicago Press, en 1983 ; tr. fr. Paris 1990), éditeur de plusieurs ouvrages de référence sur l’art de l’après-guerre (Modernism and Modernity, Nova Scotia School of Art and Design Press) 1983, rééd. 2006, Reconstructing Modernism (MIT) 1990, Voices of Fire : Art Rage, Power and the State, University of Toronto Press, 1996, et commissaire d’expositions comme Up Against the Wall Mother Poster (1968 Posters) 1999,  ou Be-Bomb: The Transatlantic War of Images and all that Jazz. 1946-1956, MACBA, Barcelona, 2007. Il termine un livre sur les débats d’après guerre à Paris intitulé : Le Crachat, le Carré et l’ouvrier.

Mercredi 3 décembre
Sigma : retour sur une exposition.
avec Romaric Favre, Capc

Un an après l’exposition Sigma, Romaric Favre (responsable du département événements et éditions, co-commissaire de l’exposition Sigma) revient sur la genèse du projet et ses enjeux.  Il évoquera la méthodologie de l’exposition, sa scénographie, ce qui sera l’occasion de montrer un certain nombre de documents d’archives, notamment sur le cinéma expérimental.

Mercredi 17 décembre
Régis Michel

DE L’ARTISTE À L’ACTIVISTE

L’art, écrit Zmijewski, n’est plus aujourd’hui qu’un exercice d’impuissance, entre la mode et le spectacle. Ce n’est pas seulement qu’il est cannibalisé par le marché ou par les institutions, ce qui revient (presque) au même. C’est aussi qu’il n’a plus rien à dire, et pire encore, plus rien à faire, dans l’univers douteux du business culturel. Il est urgent que l’artiste se change en activiste aux prises avec le biopouvoir. Depuis Foucault, l’inventeur du concept, le pouvoir de l’État sur la vie a pris des formes nouvelles. Nous sommes passés de la société disciplinaire à la société de contrôle qu’évoquait Deleuze, où la surveillance devient virtuelle, c’est-à-dire exponentielle : voici le temps du cyberpanopticon.  Jamais sans doute la démocratie ne fut plus régressive – et la vie plus nue, au sens de Benjamin, c’est-à-dire privée de tout – dans ce retour des camps, fussent-ils électroniques, qui est, note Agamben, le paradigme de nos errements. On étudiera, sans restriction de médium, ce que devient, films à l’appui, la production des images (et autres) dans cette régression biopolitique, et quelles sont les stratégies de résistance que lui opposent les artistes/activistes, entre sabotage et court-circuit, comme dit encore Deleuze, pour rompre avec la loi du marché, la dérive des institutions, la faillite de la critique et l’indifférence du public. 

Régis Michel est conservateur en chef au Musée du Louvre, chercheur associé à l’INHA, professeur invité à l’université de Suisse italienne (USI). Il est l’auteur de nombreux travaux (essais, colloques et catalogues) sur les origines de la modernité, de David à Géricault via la Révolution, et sur l’anthropologie critique de l’art occidental, à la faveur d’expositions comme Posséder et détruire (sur la sexualité) ou La peinture comme crime (sur la rationalité). Sa réflexion s’est portée depuis sur la crise du contemporain, dont témoigne l’exposition qu’il a consacrée à l’art vidéo (L’œil-écran. Cent vidéos pour repenser le monde), qui reste, sauf erreur, la plus vaste à ce jour, et sur les arts du corps dans le théâtre expérimental, lequel réinvente, à l’Est de l’Europe, la pratique subversive de la performance.

 

 

2nd semestre (janvier-mai) : une séance par mois.
Programme des invitations : 

Mercredi 21 Janvier
Elvan Zabunyan

Elvan Zabunyan est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Rennes 2 et critique d’art. Ses recherches portent sur l’art nord-américain depuis les années 1960 et notamment le tournant 1970 autour des questions raciales et féministes. Elle travaille depuis le début des années 1990 sur les problématiques issues des cultural studies, des théories postcoloniales et des études de genre en cherchant à construire, grâce à ces pensées critiques, une méthodologie de l’histoire de l’art contemporain articulée autour d’une histoire culturelle, sociale et politique. Elle a publié Black is a color, une histoire de l’art africain américain (Dis Voir, 2004 et 2005 pour la version anglaise), co-dirigé plusieurs livres et a écrit de nombreux articles dans des ouvrages collectifs, des catalogues d’exposition et des périodiques. Son dernier ouvrage est consacré à l’artiste coréenne-américaine Theresa Hak Kyung Cha (Presses du réel, Dijon, 2013).

Mercredi 18 février
Yann Sérandour

Né en 1974 à Vannes, l’artiste Yann Sérandour vit et travaille à Rennes. Il nous présentera son travail depuis 2003.
Voir http://www.rearsound.net/

Mercredi 18 mars
Attention : séance annulée

Mercredi 15 avril
Alban Denuit

Né en 1983, Alban Denuit est artiste. Diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux Arts de Paris en 2009, il achève une thèse en arts plastiques à l’université Bordeaux Montaigne. Son oeuvre sculpturale questionne les normes qui règlent les dimensions et les formats des objets les plus divers du quotidien, des normes souvent invisibles mais structurant les objets aussi bien que notre cadre de vie et que le travail d’Alban Denuit dévoile.
Le séminaire sera aussi l’occasion d’évoquer avec lui l’exposition que vient de lui consacrer la galerie Eponyme.

 

Mercredi 13 mai
Valérie Jouve
Photographe et cinéaste, Valérie Jouve nous parlera de son travail commencé en 89. Ce travail se développe aujourd’hui en partie en Palestine. Elle nous parlera particulièrement d’un projet montré aujourd’hui au Mac/Val. Comment la photographie, peut elle prendre part au réel, donc au politique, cet espace qui fonde le groupe. Et comment l’image a-t-elle encore aujourd’hui, une capacité à la construction d’ imaginaires résistants et utopistes.
Voir http://www.valeriejouve.com/