Archives de catégorie : Marie-Laure Allain Bonilla

Mercredi 25 janvier : Marie-Laure Allain Bonilla

Visualiser la théorie : Usages des théories postcoloniales dans les pratiques curatoriales de l’art contemporain depuis les années 1980 (Rennes 2, 2014) est une réflexion historicisée sur l’articulation entre les théories postcoloniales et les pratiques curatoriales de l’art contemporain. Elle souligne les perméabilités et la relation dialogique qui se sont instaurées entre celles-ci. Il ne s’agit pas d’expliquer les théories postcoloniales appliquées aux pratiques curatoriales et d’en donner une sorte de mode d’emploi, mais plutôt de les visualiser, c’est-à-dire de donner à voir les différents développements et incarnations de celles-ci. Au-delà d’une simple présentation de ce travail de recherche doctoral, il s’agira également de revenir sur un parcours de recherche et de montrer comment celui-ci s’est construit en inventant une méthodologie propre.

Formée en études curatoriales, Marie-laure Allain Bonilla est docteure en histoire de l’art contemporain. Elle est post-doctorante à l’Université de Bâle depuis janvier 2016. Ses recherches actuelles portent sur les politiques d’acquisition muséales à l’ère de la globalisation et les possibilités de décoloniser les pratiques institutionnelles. Un autre de ses chantiers concerne la biennale de Johannesburg sur laquelle elle travaille depuis plus de dix années et dont elle a le projet d’établir une monographie en collaboration avec Natasha Becker. Elle a contribué à des ouvrages collectifs et notamment publié dans les Carnets du BAL, L’Art Même, Qalqalah, Africultures, Critique d’art ou Muséologies (à venir). Elle travaille actuellement à la publication du manuscrit de sa thèse de doctorat ainsi qu’à celle des actes du colloque Subjectivités féministes, queer et postcoloniales en art contemporain : une histoire en mouvements, qu’elle a co-organisé en avril 2015 à l’Université Rennes 2.

capc, salle de communication, 17h

En partenariat avec le Centre François-Georges Pariset, université Bordeaux Montaigne.

 

 

 

Visuel : vue de l’installation de Rasheed Araeen, The Reading Room, 1979-2011 pour l’exposition The Global Contemporary: Art Worlds After 1989 (ZKM, Karlsruhe, 2011). Droits réservés.