Archives de catégorie : (Mauvaises) humeurs

Sur une « proposition » de Didier Arnaudet

Quel sens a ce terme, proposition ? Assez simplement, on expose des œuvres, on propose une exposition ; nous voilà donc sommés d’aller voir une nième « exposition de l’exposition » pour reprendre le terme aussi inaugural que prophétique de Buren à propos de Szeemann en 1972.

De la proposition proprement dite, assez maigrichonne (huit œuvres tirées du fonds du capc), il n’y a pas grand-chose à dire, sinon que le prétendu fil conducteur de la chanson de Bashung, qui fait le titre de la « proposition » (La nuit je mens), n’apparaît pas, et que, tout comme la « proposition »  du même Arnaudet qui a occupé le capc pendant plusieurs mois cette année (La sentinelle), tout cela n’apparaît que comme un exercice de style essentiellement littéraire assez maniéré, expressément anti-didactique,  passablement obscur, parfois ringard (encore des citations de Deleuze sur les murs), égotiste, complaisant. Comme j’ai pu dire il y a quelques temps au sujet d’un texte de Pierre Sterckx sur Gilles Barbier qu’il y était moins question de Barbier que de Sterckx, ce genre de prise d’otages à quoi confine aujourd’hui le commissariat d’exposition et autres « propositions » suppose que « le » public  – disons au moins le public auquel il s’adresse – ait ou y gagne un quelconque intérêt pour leur auteur. Ainsi ressuscitée en un avatar curatorial l’espèce de « l’écrivain d’art » qui faisait florès au XXe siècle et qui, ni tout à fait écrivain, ni tout à fait critique, vivait en saprophyte.