Le verso de Cary Grant

Quelle ne fut pas ma stupéfaction quand je vis cette œuvre, au détour d’une galerie du Brooklyn Museum.

Quelque part entre un Rothko figuratif très étonnant de 1936 (Subway), deux Stuart Davis de toute beauté (Landscape, 1932-25 et The Mellow Pad, 1945-51), le superbe July de Larry Rivers (1956), on trouve là, comme égaré, le très académique The Sculptor de John Koch, peintre « mondain » au réalisme photographique. Il y a dans cette image une évidence pour des yeux contemporains – s’il en fallait à tout prix une confirmation, Koch fut « outé » par un écrivain de ses amis* et le caractère homo-érotique de cette peinture en particulier discuté par le critique Grady Turner dans un catalogue d’exposition**. Il ne s’agit pas ici de cette évidence, en soi anecdotique et donc pas très intéressante ; non, ce qui m’a littéralement enchanté, c’est le lien immédiat que je fis alors avec le Cary Grant de Kurt Kauper, que j’avais vu à l’exposition Cher peintre au Centre Pompidou en 2002, exposition controversée, notamment à cause de cette œuvre et celles de John Currin, Glenn Brown ou Elizabeth Peyton, entre autres. Kauper parodie évidemment le genre de peinture upper class socialement surdéterminée dont John Koch fut un brillant représentant.
Je ne me lasse décidément pas de voir dans ce nu de Koch le verso du tableau de Kauper.

2015, 2022

* Grand Surprise: The Journals of Leo Lerman, New York, Random House, 2007.
** « Enigmatic Intimacy: The Interior World of John Koch », John Koch: Painting a New York Life, cat. expo., The New-York Historical Society, 2001



Citer ce billet
Richard Leeman (2022, 3 février). Le verso de Cary Grant. Séminaire sur l'art d'aujourd'hui. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qsw5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.