See-See

Alors Gerhardt Richter, Seestück (See-See), 1970, huile sur toile, 200 x 200 cm, (Staatliche Museen zu Berlin, National Galerie), soit Marine (mer-mer). Avec un tiret. Ce tiret est important parce qu’il manifeste dans le langage ce qui se manifeste dans le tableau, c’est-à-dire cette zone centrale, cet horizon lumineux. Donc, il y aurait un dessus et un dessous. Ce tiret m’évoque la barre de fraction que Saussure puis Lacan ont utilisé pour incarner le rapport entre signifié et signifiant. Chez Saussure signifié « sur » signifiant (Sé/Sa) ; chez Lacan signifiant sur signifié (Sa/Sé) – puis Lacan raye le signifié (Sa/). Cette barre est une commodité parce qu’elle permet de signifier elle-même quelque chose de l’ordre de la représentation. À le considérer ainsi, il y aurait donc dans ce tiret de See-See quelque chose qui relève du rapport entre le signifié et le signifiant. Il faudrait que je m’explique sur ces termes qu’un usage parfois approximatif a galvaudés. Mais dans un premier temps, il me suffit de repérer que ce sous-titre See-See n’est pas un bégaiement : le tiret vient proprement signifier ce qui se passe dans le tableau. See « sur » See. C’est-à-dire, puisqu’en la matière Lacan a ma préférence, Sa/, cette ligne d’horizon séparant les eaux d’en-dessous des eaux d’en-dessus (Genèse 1,7).

1991, 2016, 2022



Citer ce billet
Richard Leeman (2022, 4 février). See-See. Séminaire sur l'art d'aujourd'hui. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qsw6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.