Archives de catégorie : Ghislain Mollet-Viéville

Mercredi 22 octobre : Ghislain Mollet-Viéville

Un agent d’art peut-il être considéré comme un artiste aujourd’hui ?

Séance animée par François Trahais, doctorant en histoire de l’art à l’université Bordeaux Montaigne.

Ghislain Mollet-Viéville est agent d’art, membre de l’Association internationale des critiques d’art, expert honoraire près la Cour d’appel de Paris. Depuis 1975 son agence d’art est ouverte uniquement sur rendez-vous pour toute information concernant l’art minimal & conceptuel jusque dans ses développements aujourd’hui. Son but : faire intervenir différentes instances au sein de notre société pour mettre à jour les modalités de production, de diffusion, d’acquisition et d’actualisation d’œuvres dont l’originalité demande des principes inédits de présentation et d’activation. Avec lui, l’objet de l’art ce n’est plus seulement l’objet d’art ! C’est pour défendre ces pratiques qui sortent du cadre habituel des lieux de l’art, qu’il a initié la profession d’agent d’art en parallèle à sa position de collectionneur entreprenant. Il manifeste par là son intérêt pour la gestion de l’art dans ses rapports avec la société. Les artistes auxquels il s’intéresse, rompent avec l’idée de style ou d’autonomie de l’œuvre d’art et prévoient pour la présentation de leurs œuvres, des protocoles qui engagent notre société à des prises de position qui rendent obsolète la valorisation de l’art en tant qu’objet fini et fétichisé. Ils donnent ainsi la primauté à des œuvres dont les éléments matériels sont toujours de passage. Son but est de présenter un art qui accorde beaucoup plus d’importance à ses modalités d’interprétation et d’actualisation dans le temps plutôt qu’à sa matérialisation dans un lieu unique. Les contours de l’art, la question de l’articulation de l’œuvre à des contextes toujours différents, induisent alors des initiatives à tous les niveaux qui déterminent, in fine, la portée de l’œuvre elle-même. Activations, légitimité du commanditaire, place de l’auteur et de la signature dans de tels dispositifs, donnent alors l’occasion de réflexions qui lui paraissent aussi intéressantes que les œuvres elles-mêmes. Enfin, activer les œuvres au sein de la société plutôt que de les accrocher sur les cimaises des musées ou au dessus de la cheminée des collectionneurs, constitue à ses yeux la principale qualité d’un art qu’il souhaite libérer de l’idée de l’art. Tout cela constituant évidemment un art entrant en résonance avec la vie réelle. Un art proche d’un certain mode de vie, un état d’esprit qui nous invite à un certain art de vivre !

Ghislain Mollet-Viéville participe à la Biennale de Paris depuis 2001 et à l’Institut des hautes études en arts plastiques (Iheap).