Archives de catégorie : Serge guilbaut

Mercredi 12 novembre : Serge Guilbaut

Dis, c’est encore loin l’Amérique ? Tais-toi et peins.

Après la guerre, la France certes était à reconstruire, mais c’était surtout son image symbolique et culturelle qu’il fallait refaire. Paris, capitale des arts, qui avait souffert non seulement de l’occupation mais aussi et surtout de la collaboration, devait se retrouver, se reformuler. L’angoisse qui s’enracinait dans la modernité et qui était au centre des questions qui travaillaient l’Occident et que New York embrassait, semblait cependant être trop souvent ignorée par les institutions culturelles françaises qui préféraient un optimisme mâtiné de luxe et parfois de volupté.  C’est cette différence qui sera au centre de la conférence : les rapports franco-américain dans toute leur violence symbolique.

Serge Guilbaut, historien de l’art, professeur à l’University of British Columbia  (1990-2013) auteur du best-seller en histoire de l’art, traduit en quatre langues : How New York Stole the Idea of Modern Art (University of Chicago Press, en 1983 ; tr. fr. Paris 1990), éditeur de plusieurs ouvrages de référence sur l’art de l’après-guerre (Modernism and Modernity, Nova Scotia School of Art and Design Press) 1983, rééd. 2006, Reconstructing Modernism (MIT) 1990, Voices of Fire : Art Rage, Power and the State, University of Toronto Press, 1996, et commissaire d’expositions comme Up Against the Wall Mother Poster (1968 Posters) 1999,  ou Be-Bomb: The Transatlantic War of Images and all that Jazz. 1946-1956, MACBA, Barcelona, 2007. Il termine un livre sur les débats d’après guerre à Paris intitulé : Le Crachat, le Carré et l’ouvrier.