Archives de catégorie : Tristan Trémeau

mercredi 9 décembre : Tristan Trémeau

AGENTS DOUBLES : ART, ARTISTES ET POLITIQUES URBAINES
« Dealings with artists, for instance, require great prudence; they are acquainted with all classes of society, and for that reason dangerous; they are hardly ever satisfied, and when you have too much to do with them, you are sure to have des ennuis  » — Roi Leopold 1er, lettre à la Reine Victoria, 10 octobre 1845.
À cette époque, les artistes modernes se reconnaissaient comme des « agents doubles » (Courbet), se déclarant parfois prêts au sacrifice révolutionnaire, épousant les revendications des classes populaires car proches de leurs conditions d’existence, tout en ayant pour clients la bourgeoisie, progressiste ou non.
Aujourd’hui, s’ils vivent toujours, en majorité, dans des conditions économiques et sociales précaires, proches de celles des classes populaires et des classes moyennes, les artistes contemporains, y compris ceux qui engagent leur travail sur des terrains politiques, ne semblent plus faire peur. Ainsi, selon Jean-Jacques Aillagon, ancien président du centre Georges Pompidou à Paris, ancien ministre français de la Culture et de la Communication et conseiller de François Pinault, « L’art est devenu, c’est l’un des grands effets de la démocratisation de la culture et de la sédimentation des actions publiques, un objet culturel qui participe singulièrement au développement de la société des loisirs dont il est parfois devenu un des pôles les plus attractifs ».
Comment comprendre cette évolution ? Le cours-conférence s’intéressera à des études de nouvelles formes d’action artistique dans l’espace public et les institutions artistiques (l’artiste comme médiateur) et à des études de cas de nouvelles manifestations initiées par les pouvoirs publics (Biennales, Nuits Blanches, Capitale Européenne de la Culture…) et de nouveaux établissements initiés par les élus et co-financés par le mécénat (maisons folies, projet de Tour Médicis en banlieue parisienne…). Une hypothèse sera centrale : les artistes, du fait de leur situation économique précaire, de leur « disponibilité contestaire » (Aillagon) et de leur capital symbolique reconnu par les élus et décideurs économiques, ne seraient-ils pas utilisés comme des agents doubles, pacificateurs sociaux, opérateurs de requalification et de gentrification des quartiers populaires, mais encore facteurs d’augmentation du capital touristique et marketing des villes ?
 
Tristan Trémeau est critique d’art, docteur en histoire de l’art et commissaire d’exposition. Professeur d’histoire et théorie des arts à l’École supérieure d’art de Tours (Epcc Esba TALM) et à l’Académie Royale des beaux-arts de Bruxelles (ARBA-ESA), il est aussi chargé de cours en histoire des expositions à l’Université Paris 1-Sorbonne, dans le cadre du Master 2 pro Sciences et Techniques de l’Exposition. Depuis 1994, il a publié de nombreux articles dans la presse artistique francophone : Ddo, Artpress et Art 21 en France, ETC et Esse art + opinion au Canada, L’art même et La Part de l’œil (Belgique). En 2011 a paru son premier livre, In art we trust. L’art au risque de son économie, aux éditions Al Dante/Aka (Marseille/Bruxelles). Il travaille actuellement sur un nouveau livre, à paraître en 2016 aux éditions Les prairies ordinaires (Paris) : Agents doubles. Art, artistes et politiques urbaines  sera consacré à une étude critique des usages de l’art et des artistes dans les politiques de redynamisation culturelle des villes et de requalification des quartiers populaires. Des archives de ses écrits sont consultables sur son blog :http://tristantremeau.blogspot.com.

 

Photo © Raphaël Schneider
Avec le concours de l’université Bordeaux Montaigne, pôle culture et vie étudiante.