Archives par mot-clé : diapo

Mercredi 22 octobre : Ghislain Mollet-Viéville

Un agent d’art peut-il être considéré comme un artiste aujourd’hui ?

Séance animée par François Trahais, doctorant en histoire de l’art à l’université Bordeaux Montaigne.

Ghislain Mollet-Viéville est agent d’art, membre de l’Association internationale des critiques d’art, expert honoraire près la Cour d’appel de Paris. Depuis 1975 son agence d’art est ouverte uniquement sur rendez-vous pour toute information concernant l’art minimal & conceptuel jusque dans ses développements aujourd’hui. Son but : faire intervenir différentes instances au sein de notre société pour mettre à jour les modalités de production, de diffusion, d’acquisition et d’actualisation d’œuvres dont l’originalité demande des principes inédits de présentation et d’activation. Avec lui, l’objet de l’art ce n’est plus seulement l’objet d’art ! C’est pour défendre ces pratiques qui sortent du cadre habituel des lieux de l’art, qu’il a initié la profession d’agent d’art en parallèle à sa position de collectionneur entreprenant. Il manifeste par là son intérêt pour la gestion de l’art dans ses rapports avec la société. Les artistes auxquels il s’intéresse, rompent avec l’idée de style ou d’autonomie de l’œuvre d’art et prévoient pour la présentation de leurs œuvres, des protocoles qui engagent notre société à des prises de position qui rendent obsolète la valorisation de l’art en tant qu’objet fini et fétichisé. Ils donnent ainsi la primauté à des œuvres dont les éléments matériels sont toujours de passage. Son but est de présenter un art qui accorde beaucoup plus d’importance à ses modalités d’interprétation et d’actualisation dans le temps plutôt qu’à sa matérialisation dans un lieu unique. Les contours de l’art, la question de l’articulation de l’œuvre à des contextes toujours différents, induisent alors des initiatives à tous les niveaux qui déterminent, in fine, la portée de l’œuvre elle-même. Activations, légitimité du commanditaire, place de l’auteur et de la signature dans de tels dispositifs, donnent alors l’occasion de réflexions qui lui paraissent aussi intéressantes que les œuvres elles-mêmes. Enfin, activer les œuvres au sein de la société plutôt que de les accrocher sur les cimaises des musées ou au dessus de la cheminée des collectionneurs, constitue à ses yeux la principale qualité d’un art qu’il souhaite libérer de l’idée de l’art. Tout cela constituant évidemment un art entrant en résonance avec la vie réelle. Un art proche d’un certain mode de vie, un état d’esprit qui nous invite à un certain art de vivre !

Ghislain Mollet-Viéville participe à la Biennale de Paris depuis 2001 et à l’Institut des hautes études en arts plastiques (Iheap).

Michel Giroud, 13 novembre 2013

« Do it yourself : art de l’action, action de l’art, dada fluxus et cie (global activisme) ou l’émancipation totalement totale (ni passif, ni actif, trans(e)-actif) »

Le séminaire accueillait le 13 novembre 2013 Michel Giroud, peintre oral et tailleur en tout genre, historien et théoricien des avant-gardes de dada à fluxus et cie, directeur de la collection « l’écart absolu » aux Presses du réel.

La veille, mardi 12 novembre, Giroud a fait une conférence-performance à l’université Bordeaux Montaigne, dans un amphi d’étudiants de licence et de master.

Je signale la parution depuis de son dernier livre aux Presses du réel : Le Musée des Muses Amusées (MMAM) Imperium Asinum Magnificum (IAM) selon la Poésie Totalement Totale (PTT) (+ CD / DVD).

→ Voir le site des éditions des Presses du réel

 

Franck Eon, 25 septembre 2013

À l’occasion de son exposition à la galerie Cortex Athletico (5 septembre-12 octobre 2013), le séminaire invitait le 25 septembre dernier l’artiste Franck Eon pour une conversation.

Peinture 

Quand Franck Eon a commencé à travailler, dans les année 1980, la peinture faisait ce que l’on présumait un « retour » – c’était avant que l’on ne s’aperçût qu’elle ne s’était jamais réellement absentée. Transavantgarde, etc. et, en France, Gérard Garouste, donc le métier, la manière, au risque de s’y perdre. À la fin de ses études, en 1988, ce « retour »-là avait fait long feu, la peinture redevenait narcissique, au sens moderniste du terme, et l’exposition L’hiver de l’amour, lors de l’hiver 1994 à l’ARC, montrait quelque chose de nouveau. C’était les années sida, l’émergence d’un art aux vertus « sociologiques », les références à Deleuze et Guattari. Et puis, comme Eon le demande non sans angoisse : « Comment peindre après Richter ? » Ou encore : « Que fait-on de cet héritage moderne ? »

Peinture à sujet

Mais peindre, quand même. La question fondamentale, pour Franck Eon, c’est : « Quoi peindre ? ». Non pas comment, y insiste-t-il – comme pour répondre par avance à un éventuel procès en hétérogénéité – , mais bien quoi. La question du sujet, épouvantail de la vieille modernité picturale (voir les textes de Zola, Signac et d’autres), qui avait brillamment ressuscité avec des Américains d’après-guerre férus de sublime (« the Subjects of the artist »), se repose semble-t-il à chaque résurrection de la peinture. D’abord, il s’agit de « faire image », en évitant à tout prix la composition (voir les Sans titre (abstraction faite), par exemple, ou les Découpes, où je serais pour ma part tenté de voir au contraire un sens assez affirmé de la composition). Olivier Mosset, les Néo-Géos ou John Armleder sont cités parmi les références assumées de ce travail.

Mais la meilleure réponse à cette question – quoi peindre ? – réside sans doute dans cette belle expression qui revient souvent dans la conversation de Franck Eon : des « moments de regard » qui comptent. Frank Stella, la lune, le futuroscope de Poitiers qui fait cohabiter abstraction géométrique et paysage poitevin, autant de « moments de regard » donc.

Et puis il y a Derrick

Derrick. Voilà un « sujet » peu banal, à propos duquel Frank Eon évoque la présence, le mystère. Soit dit en passant, il n’est pas anodin, au vu des révélations surgies après la mort de l’acteur allemand horst Tappert – en l’espèce son passé nazi –, de constater que la perception, sinon la signification d’une oeuvre peut se voir modifiée, en tout cas élargie, malgré que l’artiste en ait… Derrick, pour un artiste dont la mère est allemande, c’est une enfance bercée au rythme lent et verdâtre de l’inspecteur munichois, c’est les années 1970, bref Derrick c’est un signifiant  convoquant de manière indécise l’enfance, la mère. Voilà ce qu’est le sujet : la réponse à « quoi peindre ? », faire image.

R.L.

Biblio : Voir aussi l’entretien de Frank Eon avec Patricia Falguières dans le catalogue Peintures dopées, publié à l’occasion de son exposition au Capc en 1999.