CALENDRIER AUTOMNE 2023

Depuis l’année dernière, le séminaire se consacre à la question de la peinture des années 1990-2010.

12 séances : 20, 27 septembre ; 4, 11, 18 octobre ; 8, 15, 22, 29 novembre ; 6, 13 décembre.

Comme chaque année, le séminaire invite des artistes, des critiques, des historiens de l’art à nous parler de leur actualité.

  • 20 septembre – Jean-Charles Rigaud, artiste.
  • 4 octobre – Coline Degruson, doctorante en histoire de l’art, sur l’artiste François Morellet.
  • 18 octobre – Claire Chauvel, artiste.
  • 15 novembre – Makiko Furuichi, artiste.
  • 29 novembre – Philippe Brosse, artiste.

Mercredi 23 novembre 2022 : Bruno Perramant

Capc, 7 rue Ferrère, salle de communication, 16h00.

Bruno Perramant est un artiste français, né en 1962 à Brest. Il vit et travaille à Paris.

“[…] Un système de références elliptiques qui fait la navette entre l’histoire (artistique, intellectuelle, religieuse) et la réalité contemporaine, entre la mémoire et le présent – une circulation constante, réelle et métaphorique. La peinture est interrogée à la fois dans ses traits constants et dans ses rapports de plus en plus complexes avec l’image, notamment l’image en mouvement.
[…] Toutes ces choses peintes ont d’abord été vues d’une fenêtre, photographiées, enregistrées par projection sur une toile avant d’être à nouveau déplacées par l’acte de peindre : le procédé creuse l’écart entre réalité et représentation. Mais Perramant ne s’intéresse pas seulement à la lumière, aux limites de la perception visuelle et à son interaction avec les images mentales. Il engage aussi le langage – un langage sans fonction, se produisant pour ainsi dire hors champ et sans lien apparent avec l’image ; pourtant, comme un sous-titre de film ou une bulle de pensée, un mot s’y inscrit, accentuant le caractère indéterminé de l’œuvre.”
(Guitemie Maldonado, Artforum, jan. 2005)

Représenté par la galerie In Situ – Fabienne Leclerc
http://www.insituparis.fr/fr/artistes/presentation/3888/perramant-bruno

 

Unité de recherche 24141

Mercredi 16 novembre 2022 : Vincent Gicquel

Né en 1974 en Normandie, Vincent Gicquel passe son enfance à construire des cabanes et, quand il pleut, à reproduire dans l’atelier de son père les tableaux des pères de la modernité (Van Gogh, Monet ou Picasso…). Il développe alors un attachement très profond pour la peinture à l’huile et un peu plus tard pour la philosophie tragique. Lecteur de Schopenhauer à qui la philosophie n’a rien rapporté mais beaucoup épargné, Vincent Gicquel choisit de devenir peintre car dit-il, « j’avais trop d’humour pour être tueur en série. »

« Le seul sujet possible c’est moi, c’est mon rapport au monde. Il n’y a rien dans ma peinture qui ne soit pas lié au peintre que je suis, rien qui ne soit pas en lien direct avec le processus même de la création. Chaque tableau sert à tenir un discours sur le seul sujet auquel il peut être associé: l’acte de peindre. Tous mes personnages sont occupés à des tâches indéfinissables, mobilisés dans l’exercice d’une activité qui semble être toute la raison de leur existence. Jour après jour ils répètent inlassablement les mêmes gestes avec application, détermination et semblent être les seuls à savoir véritablement ce qu’ils font. Il n’y a rien d’énigmatique, rien à résoudre, rien à comprendre. Je m’attache juste à mettre en lumière l’absurdité de tout acte, et ne fais qu’insister toile après toile sur leur indispensabilité. Le sens échappera toujours à ses poursuivants et chaque tentative d’explication sera vouée à l’échec. Seule une certaine dose d’humour ou une réelle passion pour l’absurde peut nous aider à apprécier ma peinture et le monde dans lequel nous vivons. Rien n’a jamais vraiment changé et rien ne changera jamais. Mon regard et l’oeuvre à laquelle je m’attache me permettent juste de décaler un peu les choses. Les gens, eux, se poseront les questions qu’ils veulent. Sur leur propre condition, leur place dans l’univers, leurs certitudes, sur la mort et sur l’importance de l’humour. Car s’il n’y a effectivement rien à comprendre dans ce monde, il y a bien des choses risibles. »
Vincent Gicquel

Source galerie Thomas Bernard : https://www.galeriethomasbernard.com/fr/artistes/oeuvres/747/vincent-gicquel

 

Unité de recherche 24141

Mercredi 9 novembre 2022 : Joël Degbo

Capc, 7 rue Ferrere, salle de communication, 16h00.

Joël Degbo est né à Paris, il vit à Villepinte où il a grandi et fait ses recherches. Diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris et de l’École des Beaux-Arts de Nantes. Il a entre autres suivi un cursus de peinture et vidéo à la St-Martin School de Londres.
“Joël Degbo peint ou filme cette sagesse connue de tous : « Le passé conseille l’avenir. » Au moyen de ses vidéos, il montre le présent à l’œuvre, l’instant : un immeuble en destruction, la construction d’une chaufferie… Les images de ces sujets apparemment insignifiants questionnent notre définition du patrimoine. Par opposition, la peinture montre un état où se mêlent le passé, le présent et le futur : on y voit l’abandon, la décomposition d’une carcasse sur le bord d’une route, les végétaux pousser. Sa peinture parle de nostalgie où la lumière permet de renouveler notre regard, elle est comme un point de vue ou un parti pris. Ici pas d’humains mais uniquement la trace de leurs passages, tout est calme dans ces paysages où les différentes couleurs de la nuit font la lumière. Il se permet d’explorer diverses pratiques par le biais de son environnement. Aujourd’hui, c’est avec son frère architecte qu’il développe une réflexion artistique et architecturale autour des fluctuations qui animent l’espace, en interrogeant l’expérience des lieux de leur jeunesse connectés à leur expériences plus récente par la combinaison des outils de leurs mediums respectifs.”

Site de l’artiste : http://www.joeldegbo.com/
Septième gallery : https://septiemegallery.com/joel-degbo/

 

Unité de recherche 24141

Jeudi 20 et vendredi 21 octobre 2022 : Colloque “Des lignes et des lettres. Écrits d’artistes et abstraction”

Si la naissance de l’art abstrait est indissociable de son assise théorique développée par ses principaux acteurs, la considération des écrits d’artistes abstraits des générations ultérieures est plus limitée. Leur présence dans le champ critique est liée à des études de discours chronologiques, pensant les écrits au sein d’un corpus très divers. Cette journée d’étude se propose à ce titre de repenser l’étude du discours abstrait au prisme des écrits d’artistes, à la croisée de la ligne et de la lettre.
La journée d’étude est organisée dans le cadre du Séminaire sur l’art d’aujourd’hui de Richard Leeman, avec le soutien du laboratoires ARTES et de l’Université Bordeaux Montaigne. L’évènement se déroulera dans la salle des communications du CAPC musée d’art contemporain.

Programme

Jeudi 20 octobre

13h30 — Accueil des participants
13h50 — Introduction – Richard Leeman et Coline Degruson, Université Bordeaux Montaigne

SESSION 1 — NAISSANCE ET DIFFUSION DES THÉORIES ABSTRAITES
Modération : Coline Degruson
14h10 — Les écrits de Robert Delaunay et les débuts de l’abstraction – Sophie Goetzmann, docteur en histoire de l’art contemporain, Université Paris Sorbonne
14h50 — Du rapport texte-image dans les essais de Kandinsky, Van Doesburg, Malevitch et Moholy-Nagy publiés par le Bauhaus  – Hélène Trespeuch, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Paul Valéry

15h30 — Pause

SESSION 2 — ABSTRACTIONS ET ACADÉMISMES DANS L’APRÈS-GUERRE
Modération : Hélène Trespeuch
15h40 — L’abstraction contemporaine face à la réélaboration de l’héritage théorique et pictural de Kandinsky : l’activité du jury du Prix Kandinsky (1946-1961) – Costanza Ballardini, chercheuse, Università Cattolica del Sacro Cuore
16h20 — Des abstraits qui en évitent le mot : le cas des artistes musicalistes – Marion Sergent, docteur en histoire de l’art contemporain, Université Paris Sorbonne
17h00 — Les débats sur l’abstraction dans les écrits d’artistes irakiens (1949-1971) : pour une approche historique et mondiale d’un mouvement – Zouina Ait Slimani, doctorante en esthétique, histoire et théorie des arts, Ecole Nationale Supérieure de Paris, Université de Genève

Vendredi 21 octobre

SESSION 3 — VERS UNE ÉPISTÉMOLOGIE DE LABSTRACTION : DÉVELOPPEMENTS CONTEMPORAINS
Modération : Sophie Goetzmann
10h00 — Indétermination typologique et dérivation critique : pour une relecture des théories artistiques de Sol LeWitt – Emilie Robert, docteur en histoire de l’art contemporain, Université Paris Panthéon-Sorbonne
10h40 — Abstraction today according to artistswritings : from Peter Halley to Seth Price – Alessandro Ferraro, doctorant en histoire de l’art contemporain, Université de Gênes
11h10 — Pause café
11h30 — François Morellet, lire entre les lignes – Coline Degruson, doctorante en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne

Colloque organisé par Coline Degruson, doctorante, université Bordeaux Montaigne.

Unité de recherche 24141

Mercredi 19 octobre 2022 : Priscille Claude

Capc, 7 rue Ferrere, salle de communication, 16h.

Priscille Claude est née en 1979 à Fontenay-aux-Roses, elle vit et travaille à Bordeaux depuis 2003. Elle a étudié la Philosophie à l’Université de Caen, passé deux ans à l’école des Beaux-Arts de Caen, obtenu son DNSEP en 2006 à l’école supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux. En 2015, elle obtient un Master en Documentation et Systèmes d’Information à l’université de Bordeaux.
Priscille Claude est essentiellement peintre, elle s’intéresse également à la vidéo et aux réseaux sociaux en tant que médium de création et de diffusion. Elle travaille à partir d’images contemporaines glanées sur le net qui la fascine : la prolifération de la pornographie depuis l’avènement du Web, le cinéma de genre… Elle questionne l’image des femmes à l’écran, la représentation de la sensualité, l’empowerment féminin, le glamour et la possibilité d’un  « female gaze » dans le champ de l’art.
Elle s’intéresse également à la diffusion de son travail dans l’édition de livres et de fanzines sérigraphiés notamment chez Méconium éditions, Gestrococlub et Strange Cessation aux USA.
Une exposition personnelle lui a été consacré galerie 5un7 à Bordeaux en 2022, elle a participé au group show « La Dame à la Licorne » aux Glacières de la Banlieue à Bordeaux, à l’exposition collective « Villna » à La Réserve-Bienvenue à Bordeaux.  Un livre aux éditions « Bienvenue au Village » en collaboration avec l’artiste et éditeur Thierry Weyd paraîtra également cette année.

 

Mercredi 12 octobre 2022 : We Are The Painters

Capc, salle de communication, 16h30

Formé en 2005, le duo We Are The Painters est constitué de Aurélien Porte et Nicolas Beaumelle, tous deux diplômés de l’école supérieure des Beaux-Arts de Nantes en 2006. Ils développent depuis une recherche picturale liée au processus de création d’une mythologie commune. Ils sont représentés par la galerie In Situ -Fabienne Leclerc.

“Notre première collaboration sous le nom de We Are The Painters était une video tournée lors d’un séjour Erasmus à Glasgow en 2005. La camera fixe nous filme dans un paysage en train de peindre ensemble sur un grand format. Depuis nous signons toutes nos collaborations par WATP.
Un premier portrait de petite taille d’une figure féminine imaginaire réalisé à l’huile en 2006 devient le point de départ d’une série de portraits. Chaque élément qui compose cette première peinture est devenu un nouveau point de départ pour d’autres séries, comme les bouches, les chevelures qui deviennent des montagnes, ou les vêtements qui deviennent des costumes.
Cette année nous avons achevé la réalisation d’un film. Durant les sept dernières années ce projet a été au centre de notre pratique et présent dans nos expositions. Ce film ULMA est un conte qui se passe dans un monde de peintures et de paysages, on y retrouve tous les éléments de notre travail, les portraits y sont personnifiés et deviennent des personnages, les thèmes de notre peinture deviennent des éléments de décors.
Nous n’avons pas de technique de prédilection, nous peignons sur différents formats avec toutes sortes de peintures, chacun d’entre nous n’a pas de spécialité dans sa façon de peindre. Il n’est pas important de savoir qui a peint quoi, l’idée n’est pas de nous confronter sur une toile. Tout est réalisé en confiance et nous peignons par recouvrements successifs. Les coups de pinceaux ne sont jamais définitifs, Le plus souvent c’est en parlant que nous terminons nos peintures. Pour nous, les surprises et les heureux accidents sont légions.”

 

 

Unité de recherche 24141

Mercredi 5 octobre 2022 : Frédéric Sicard

“Dans les années 80/90, ma peinture était fortement marquée par l’influence des nouveaux fauves tels que Salomé, Castelli et Fetting que j’avais découvert au CAPC de Bordeaux. Une espèce d’ennui ou de lassitude a fini par surgir et, abandonnant cette pratique proche de l’expressionnisme, je me suis laissé influencé par les « numéros d’art » que pratiquaient mes enfants ; ne me décidant pas à peindre une tête de cheval ou un chaton, j’ai choisi des images plus de mon âge… Ce fut celles du catalogue de la Redoute : l’idée était de repeindre à l’identique ces images sur papiers glacées et finalement de rendre ce travail de précision invisible au premier regard.”

Frédéric Sicard est peintre. Il enseigne à l’université Bordeaux Montaigne.

Exceptionnellement, le séminaire se tiendra à l’université, Maison des arts, salle Art001.

Tramway : ligne B, arrêt Montaigne-Montesquieu

 

 

CALENDRIER AUTOMNE 2022

Le séminaire se déroule le mercredi de 16h à 18h au Capc de Bordeaux, salle de communication.

A partir de l’automne 2022, le séminaire entre dans un nouveau cycle consacré à la question de la peinture des années 1990-2010.

> 14, 21 septembre (capc, 16h-18h)
> 28 septembre (université, Maison des arts, 16h30-19h30)
> 7 décembre (université, salle i103, 16h-19h)

Comme chaque année, le séminaire invite cet automne des artistes, des critiques, des historiens de l’art à nous parler de leur actualité.

  • 5 octobre (à l’université, Maison des arts)- Frédéric Sicard, artiste et enseignant
  • 12 octobre – We are the painters (Nicolas Beaumelle et Aurélien Porte), artistes
  • 19 octobre – Priscille Claude, artiste
  • 9 novembre – Joël Degbo, artiste
  • 16 novembre – Vincent Gicquel, artiste
  • 23 novembre – Bruno Perramant, artiste

See-See

Alors Gerhardt Richter, Seestück (See-See), 1970, huile sur toile, 200 x 200 cm, (Staatliche Museen zu Berlin, National Galerie), soit Marine (mer-mer). Avec un tiret. Ce tiret est important parce qu’il manifeste dans le langage ce qui se manifeste dans le tableau, c’est-à-dire cette zone centrale, cet horizon lumineux. Donc, il y aurait un dessus et un dessous. Ce tiret m’évoque la barre de fraction que Saussure puis Lacan ont utilisé pour incarner le rapport entre signifié et signifiant. Chez Saussure signifié « sur » signifiant (Sé/Sa) ; chez Lacan signifiant sur signifié (Sa/Sé) – puis Lacan raye le signifié (Sa/). Cette barre est une commodité parce qu’elle permet de signifier elle-même quelque chose de l’ordre de la représentation. À le considérer ainsi, il y aurait donc dans ce tiret de See-See quelque chose qui relève du rapport entre le signifié et le signifiant. Il faudrait que je m’explique sur ces termes qu’un usage parfois approximatif a galvaudés. Mais dans un premier temps, il me suffit de repérer que ce sous-titre See-See n’est pas un bégaiement : le tiret vient proprement signifier ce qui se passe dans le tableau. See « sur » See. C’est-à-dire, puisqu’en la matière Lacan a ma préférence, Sa/, cette ligne d’horizon séparant les eaux d’en-dessous des eaux d’en-dessus (Genèse 1,7).

1991, 2016, 2022

Séminaire sur l'art actuel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search