Mercredi 16 novembre 2022 : Vincent Gicquel

Né en 1974 en Normandie, Vincent Gicquel passe son enfance à construire des cabanes et, quand il pleut, à reproduire dans l’atelier de son père les tableaux des pères de la modernité (Van Gogh, Monet ou Picasso…). Il développe alors un attachement très profond pour la peinture à l’huile et un peu plus tard pour la philosophie tragique. Lecteur de Schopenhauer à qui la philosophie n’a rien rapporté mais beaucoup épargné, Vincent Gicquel choisit de devenir peintre car dit-il, « j’avais trop d’humour pour être tueur en série. »

« Le seul sujet possible c’est moi, c’est mon rapport au monde. Il n’y a rien dans ma peinture qui ne soit pas lié au peintre que je suis, rien qui ne soit pas en lien direct avec le processus même de la création. Chaque tableau sert à tenir un discours sur le seul sujet auquel il peut être associé: l’acte de peindre. Tous mes personnages sont occupés à des tâches indéfinissables, mobilisés dans l’exercice d’une activité qui semble être toute la raison de leur existence. Jour après jour ils répètent inlassablement les mêmes gestes avec application, détermination et semblent être les seuls à savoir véritablement ce qu’ils font. Il n’y a rien d’énigmatique, rien à résoudre, rien à comprendre. Je m’attache juste à mettre en lumière l’absurdité de tout acte, et ne fais qu’insister toile après toile sur leur indispensabilité. Le sens échappera toujours à ses poursuivants et chaque tentative d’explication sera vouée à l’échec. Seule une certaine dose d’humour ou une réelle passion pour l’absurde peut nous aider à apprécier ma peinture et le monde dans lequel nous vivons. Rien n’a jamais vraiment changé et rien ne changera jamais. Mon regard et l’oeuvre à laquelle je m’attache me permettent juste de décaler un peu les choses. Les gens, eux, se poseront les questions qu’ils veulent. Sur leur propre condition, leur place dans l’univers, leurs certitudes, sur la mort et sur l’importance de l’humour. Car s’il n’y a effectivement rien à comprendre dans ce monde, il y a bien des choses risibles. »
Vincent Gicquel

Source galerie Thomas Bernard : https://www.galeriethomasbernard.com/fr/artistes/oeuvres/747/vincent-gicquel

 

Unité de recherche 24141



Citer ce billet
Richard Leeman (2022, 11 novembre). Mercredi 16 novembre 2022 : Vincent Gicquel. Séminaire sur l'art d'aujourd'hui. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qswd

Une réflexion sur « Mercredi 16 novembre 2022 : Vincent Gicquel »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.