Paul B. Preciado découvre la lune, c’est le cas de le dire

Voici un an, dans un texte paru dans Libération le 10 septembre 2022, le très fashionable Paul B. Preciado nous explique comment la lecture d’un livre de John Giorno a bouleversé sa représentation de l’histoire de l’art : « Mon image de l’histoire de l’art de la seconde moitié du XXe siècle avait complètement changé. »

Rien que ça.

Et qu’est-ce qui provoque ce changement de paradigme ?

« Ce qui allait transfigurer le récit de l’histoire de l’art qu’on m’avait enseigné serait de découvrir avec qui Giorno avait partagé non seulement sa chambre mais surtout son lit : Andy Warhol, Brion Gysin, Robert Rauschenberg, Jasper Johns, Steve Paxton, Allen Ginsberg, William Burroughs, Keith Haring… »

Oh, my god.

« Il s’agissait d’une avant-garde gay : des jeunes pédés [sic] blancs de classe supérieure. »

« L’image que j’avais du contexte artistique de ces années-là était celle d’un groupe d’hommes hétérosexuels qui dominaient à la fois la scène et le marché de l’art en Amérique et, par extension, le monde. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Cette image, comme beaucoup d’autres, fait partie d’une série d’erreurs historiques qui, véhiculées par le récit hégémonique, se perpétuent pendant des générations. »

Mais de quel récit hégémonique parle Preciado ?

Parce que, s’agissant de cette époque et des artistes cités, tout cela est bien connu depuis Martin Dubermann, Douglas Crimp, Eve Kosofsky Sedgwick, Jonathan D. Katz (dont le très discutable serial outing de Rauschenberg devrait plaire à Preciado). Lors d’un colloque en 1986, Kenneth Silver évoquait le travail commun des « lovers » Johns et Rauschenberg. Tout cela a déjà été raconté par Dubermann dans le New York Times… en 1997, il y a un quart de siècle ! (The NYT, 7 sept. 1997, section 2, p. 89). Bref la perspective « queer » dans le champ académique, concernant cette époque, remonte à plus de 30 ans et est aujourd’hui installée dans le champ académique : Il y a plus de dix ans, le très « hégémonique » Art Bulletin publiait un texte sur « Robert Rauschenberg’s Queer Modernism » (Tom Folland). Et tant qu’à faire un peu de publicité, mon livre sur Twombly et la critique américaine publié en septembre 2022 en France et en juin 2023 aux Etats-Unis, évoque cette confrontation d’un art jugé « efféminé », « intellectualiste », voire « européen » avec des représentations américaines pour lesquelles cet art est tout simplement impensable. Benjamin Buchloh, dans sa préface à mon livre, insiste sur cette hétéro-normativité de la critique américaine de l’époque que met au jour mon travail sur Twombly.

Voilà tout un tas de choses à lire pour éclairer la lanterne du philosophe, qui a son rond de serviette à Libération mais semble ignorer plus de trente ans de critique et d’histoire de l’art.

Mais je doute que cela lui soit finalement utile. Car Preciado montre où est son intérêt, quand il se livre au plaisir démodé de l’anecdote, citant avec gourmandise « l’anus voluptueux » des uns ou la « petite bite » des autres. Ce qui a sans doute une portée théorique et épistémologique majeure, venant d’un philosophe aussi prestigieux, classé 34e dans le « Power 100 » annuel d’Art Review des “Most influential people in 2021 in the contemporary artworld”. Entre François Pinault et Ebony L. Haynes (directrice de la galerie 52 Walker du puissant David Zwirner), c’est dire.

 

Illustration : Ernest Haveman, “Homosexuality in America”, Life magazine, 26 juin 1964.



Citer ce billet
Richard Leeman (2023, 16 septembre). Paul B. Preciado découvre la lune, c’est le cas de le dire. Séminaire sur l'art d'aujourd'hui. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qswh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.