Tintin au Congo

Je retrouve quelques notes que m’avait inspiré (c’est beaucoup dire) le passage de « JR » en 2013 chez Bernard Magrez (ces deux noms dans la même phrase, c’est aussi déjà beaucoup dire).

JR fait partie de ces artistes trentenaires qui ont tout compris à la meilleure manière de faire carrière. Très looké, le petit chapeau qui va bien, les lunettes de soleil (pour pas qu’on le reconnaisse, dit-il, parce que le street art c’est interdit n’est-ce pas) très disert, voire intarissable, surtout à son sujet, et surtout, immensément satisfait. Un bon client pour le maître de ces lieux, le « compositeur d’excellence » (à écrire en police Vivaldi ou tout autre du même mauvais goût) qui a fait fortune, soit-dit en passant, en distribuant du prêt à saouler dans les supermarchés – Sidi Brahim, Porto Pitters, whisky William Peel et pinard Malesan –, et dont l’appétence remarquée pour ledit « street art » culmine avec l’exposition des croûtes sur toile du dernier (espérons-le) Jon One en 2015.

Alors, JR. Pour la forme : académique ; des collages urbains de photos immenses, de temps à autre agrémentées (c’est le cas dans son truc à Cuba, présenté chez Magrez) de graffitis abstraits élégants et décoratifs, sans rapport avec l’image. Son sujet : les gens, les « habitants », des pauvres de préférence, pourvu qu’ils aient des rides, du vécu, quoi. Un art opportuniste surfant sans effet sur les lieux communs les plus accessibles au plus grand nombre. Avant la discussion, d’où je me suis enfui au bout de cinq minutes, épouvanté par la médiocrité du truc, un documentaire sur son projet de Cuba, que le JR regarde, comme dans un miroir : béat devant lui-même. Un moment très drôle, même si je suis le seul apparemment à m’esclaffer : il interroge les gens « de la rue », ils se méfient, ne veulent pas participer de prime abord à son projet, surtout si c’est politique ; il les rassure : non non, c’est de l’art, c’est pour la Biennale. « Ah ! bon c’est pour la Biennale, donc ça va c’est sans danger, ça va ». Voilà JR : ça va, c’est sans danger. JR c’est comme les « Nouveaux explorateurs » de Canal + ou Rendez-vous en terre inconnu de Lopez. C’est Tintin au Congo.

Pour les portraits d’anonymes en milieu urbain, on renverra les amateurs d’art à Casual Passer-by de Braco Dimitrijevic en 1971, ou au Témoins de Jochen Gerz à Cahors en 1998, entre autres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *