Tous les articles par Richard Leeman

Mercredi 12 décembre : Benoit Léon Maurice Schmeltz

Benoît Schmeltz est artiste, photographe, vidéaste. Il vit et travaille en Dordogne. De formation universitaire (en mathématiques, architecture et arts plastiques), il est le co-fondateur de la Nouvelle Agence d’Architecture, située à Bordeaux, où il travaille jusqu’en 2007. Il s’installe ensuite à Hong Kong pour trois ans (série GoneWithTheWind, Containers). A son retour en Dordogne, il fonde avec la danseuse Charlotte Cattiaux la compagnie Demoiselles (2012). Son oeuvre est traversée par la question de la nature et du temps, de la danse et des corps.

http://www.benoitschmeltz.fr/

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne

jeudi 6 et vendredi 7 décembre : colloque Situation de la critique d’art 1968/2018

50 ans après la dixième Assemblée générale de l’Association internationale des critiques d’art (AICA), qui se tint à Bordeaux, ce colloque en reprendra certains thèmes, notamment celui de la situation de la critique. Le colloque sera l’occasion d’une exposition d’archives relatives à cette assemblée, organisée par les Archives de la critique d’art dans le hall d’accueil des Archives départementales de la Gironde.

Avec : Jacques Bernar, Nathalie Boulouch, Jérôme Glicenstein, Serge Guilbaut, Jean-Marc Huitorel, Antje Kramer, Henry Meyric Hughes, Camille Paulhan, Jean-Marc Poinsot, Marc Saboya, Ramon Tio Bellido.
Organisé par Richard Leeman.

Télécharger le programme ici : 
https://clare.u-bordeaux-montaigne.fr/images/COLLOQUES/2018/12_situation_critique_art_68_18/colloque_aica_programme.pdf

mercredi 28 novembre : Fabrice Hyber

L’ensemble de l’oeuvre de Fabrice Hyber est conçu sous la forme d’un gigantesque rhizome qui se développe sur un principe d’échos. En procédant par accumulations, hybridations, mutations l’artiste opère de constants glissements entre des domaines extrêmement divers. Chaque oeuvre n’est qu’une étape intermédiaire et évolutive de ce « work in progress » qui se répand comme une prolifération de la pensée, établissant des liens et des échanges qui donnent ensuite lieu à d’autres articulations.
« Prothèse mentale qui prolonge la pensée par le corps » ou « entreprise mettant en réseau des individus, des idées et des savoir-faire », son oeuvre répond à de multiples définitions.
Fabrice Hyber valorise le rôle de l’artiste comme réalisateur, entrepreneur et médiateur, toujours sur plusieurs projets à la fois, il multiplie ses oeuvres en rhizomes, s’inspirant ainsi de la manière dont se développent les systèmes cellulaires de nombre d’organismes vivants, systèmes de flux irrigants, nourrissants, débordants.

[source http://www.reseaux-artistes.fr/]

17h30, capc, salle des communications

Mercredi 24 octobre : Léa Le Bricomte

Artiste à la création protéiforme et multi-référentielle ( Sculptures, photographies, installations, vidéos ,performances, concerts, dessins) née en 1987 à Montbard, diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2012, elle vit et travaille à Paris. Léa Le Bricomte explore l’univers guerrier en ayant recourt à des matériaux et à une iconographie militaire : obus, munitions, uniformes, médailles , armes. Des objets compris comme les vestiges de combats passés ou récents qu’elle récolte et collectionne. Ils sont ensuite recontextualisés dans un champ ludique, méditatif et altruiste. Le processus de détournement génère une conversion de la mort à la vie. Passionnée par les peuples premiers, elle travaille à tisser des liens entre les mondes. Ces travaux récents accentuent la dimension spirituelle et immatérielle de son œuvre. Léa Le Bricomte s’est notamment attachée à révéler le potentiel sonore des obus de la première guerre mondiale en organisant des concert/performances ritualisés ( Sounds Of War ) : une musique nouvelle émane des obus reprogrammés en instruments de paix. Depuis 2 ans elle invite des chercheurs du monde de l’invisible (chamans, médiums, guérisseurs) sur les champs de batailles à Verdun, ce vaste projet expérimental et collaboratif (Spirits of war) donnera lieu à une série d’expositions et d’événements divers (publications, conférences/performances, projections). Son travail a été présenté dans le cadre de nombreuses expositions en France et à l’étranger.

Calendrier 2018-2019

Le séminaire se déroule le mercredi de 17h30 à 19h30 au Capc de Bordeaux, salle des communications.

A la suite du séminaire de l’année dernière sur le « torse tors », Richard Leeman évoquera cette année la question de la coupure avec notamment Gerhard Richter.

> 19 septembre, 3, 10, 17 octobre, 7, 14 novembre.

Comme chaque année, le séminaire invitera en 2018-2019 des artistes, des critiques, des historiens de l’art à nous parler de leur actualité.

Mercredi 26 septembre : invité Jean-Luc Verna, artiste.

Mercredi 24 octobre : invitée Léa Le Bricomte, artiste.

Mercredi 28 novembre : invité Fabrice Hyber, artiste.

Mercredi 12 décembre : invité Benoît Schmelz, artiste.

Tintin au Congo

Je retrouve quelques notes que m’avait inspiré (c’est beaucoup dire) le passage de « JR » en 2013 chez Bernard Magrez (ces deux noms dans la même phrase, c’est aussi déjà beaucoup dire).

JR fait partie de ces artistes trentenaires qui ont tout compris à la meilleure manière de faire carrière. Très looké, le petit chapeau qui va bien, les lunettes de soleil (pour pas qu’on le reconnaisse, dit-il, parce que le street art c’est interdit n’est-ce pas) très disert, voire intarissable, surtout à son sujet, et surtout, immensément satisfait. Un bon client pour le maître de ces lieux, le « compositeur d’excellence » (à écrire en police Vivaldi ou tout autre du même mauvais goût) qui a fait fortune, soit-dit en passant, en distribuant du prêt à saouler dans les supermarchés – Sidi Brahim, Porto Pitters, whisky William Peel et pinard Malesan –, et dont l’appétence remarquée pour ledit « street art » culmine avec l’exposition des croûtes sur toile du dernier (espérons-le) Jon One en 2015.

Alors, JR. Pour la forme : académique ; des collages urbains de photos immenses, de temps à autre agrémentées (c’est le cas dans son truc à Cuba, présenté chez Magrez) de graffitis abstraits élégants et décoratifs, sans rapport avec l’image. Son sujet : les gens, les « habitants », des pauvres de préférence, pourvu qu’ils aient des rides, du vécu, quoi. Un art opportuniste surfant sans effet sur les lieux communs les plus accessibles au plus grand nombre. Avant la discussion, d’où je me suis enfui au bout de cinq minutes, épouvanté par la médiocrité du truc, un documentaire sur son projet de Cuba, que le JR regarde, comme dans un miroir : béat devant lui-même. Un moment très drôle, même si je suis le seul apparemment à m’esclaffer : il interroge les gens « de la rue », ils se méfient, ne veulent pas participer de prime abord à son projet, surtout si c’est politique ; il les rassure : non non, c’est de l’art, c’est pour la Biennale. « Ah ! bon c’est pour la Biennale, donc ça va c’est sans danger, ça va ». Voilà JR : ça va, c’est sans danger. JR c’est comme les « Nouveaux explorateurs » de Canal + ou Rendez-vous en terre inconnu de Lopez. C’est Tintin au Congo.

Pour les portraits d’anonymes en milieu urbain, on renverra les amateurs d’art à Casual Passer-by de Braco Dimitrijevic en 1971, ou au Témoins de Jochen Gerz à Cahors en 1998, entre autres.

mercredi 13-jeudi 14 décembre : les archives des institutions d’art contemporain

Ce colloque cherche à faire un point sur la façon dont certaines institutions d’art envisagent leurs stratégies de sélection, d’acquisition, de partage et de présentation des archives dans leurs formes les plus variées. En remettant en question les façons dominantes de penser les archives, il sera question de nommer la multitude d’approches à la base de la conservation et de l’exploitation des archives institutionnelles.

Cette initiative est ainsi conçue comme un carrefour où des directeurs de musées, des archivistes et des universitaires travaillant sur des sujets relatifs peuvent se confronter et témoigner de leurs expériences à propos des archives institutionnelles. Elle vise à laisser émerger des récits inédits des archives, ainsi que de suggérer et de débattre des méthodologies d’échange et de circulation au profit d’une histoire de l’art et des expositions stratifiée et transversale.

Avec : Michela Alessandrini, chercheuse en histoire de l’art à l’université Bordeaux Montaigne, commissaire d’exposition et consultante pour des archives privées et publiques, Philippe Artières, personnalité invitée par le Centre Pompidou (DDC) pour l’année 2017, IIAC – (CNRS/EHESS), Julien Bastoen, maître-assistant associé recherche, IPRAUS (Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris- Belleville / AUSser – UMR 3329 du CNRS), Maria Engelskirchen, chercheuse à la Westfälische Wilhelms-Universität, Münster, Richard Leeman, professeur d’histoire de l’art, université Bordeaux Montaigne, Jean-Marc Poinsot, professeur émérite, université Rennes II Haute Bretagne, fondateur et président des Archives de la critique d’art, Stéphanie Rivoire, conservatrice des archives – Bibliothèque Kandinsky – MNAM/CCI, Antonina Trubitsyna, archiviste du Musée d’art contemporain Garage, Moscou.

Organisé par : Michela Alessandrini, doctorante en histoire de l’art, département arts, équipe CLARE, centre de recherche ARTES, université Bordeaux Montaigne, dans le cadre du Séminaire sur l’art d’aujourd’hui.

Télécharger le programme

Avec le soutien de : Unité de recherches CLARE (EA 4593) ; équipe ARTES, Université Bordeaux Montaigne.

Mercredi 29 novembre : Manifeste Rien

Le Séminaire sur l’art d’aujourd’hui invite Jérémy Beschon, auteur et metteur en scène, du collectif Manifeste  Rien, ainsi que, autour de lui : Arnaud Alessandrin (université de Bordeaux) et Tassadit Yacine (EHESS).

Attention : exceptionnellement le séminaire se tiendra à 16h, université Bordeaux Montaigne, salle de spectacle de la Maison des arts. Il sera suivie d’une représentation de la pièce La domination masculine, avec Virginie Aimone.

Manifeste Rien propose un travail entre spectacle et science où l’humour et la poésie permettent de partager les richesses et la complexité de nos sociétés avec le plus grand nombre. Un répertoire conçu avec la collaboration d’intellectuels majeurs tels que Pierre Bourdieu, Benjamin Stora, Gérard Noiriel, sur les thématiques du genre, du racisme, de la laïcité et du modèle républicain. Un théâtre épique et d’actualité qui puise librement dans la commedia dell’arte, le conte, le mime. Des représentations suivies de débats en présence de chercheurs, ainsi que des ateliers, en itinérance dans les théâtres, les lieux associatifs et le milieu scolaire.

La Domination Masculine
Solo de Virginie Aimone

Quelle sont aujourd’hui les images de la femme ? Comment et pourquoi la femme existe-t-elle « d’abord » pour le regard d’autrui ? Est-ce la nouvelle iconographie de la publicité qui la soumet au rang d’objet ? Ou bien est-ce que la condition féminine, et donc les violences symboliques qu’elle subit, trouve son origine en nous même, dans notre manière de voir le monde, que l’on soit homme ou femme…
Au montage du texte de Pierre Bourdieu s’ajoutent les recherches de Tassadit Yacine ainsi que des mythes et de la poésie populaire berbère transcrits et analysés par la chercheuse. Cette adaptation scénique expose de manière ludique une domination que l’on pense d’ordre naturel, alors que celle-ci est d’ordre culturel.

 

Twombly, encore

[…] Les grands tracés cycloïdaux qui forment la plus grande part de l’œuvre Cy Twombly entre 1967 et 1972 en sont la plus parfaite démonstration. Alors même que, comme je l’écrivais dans mon livre sur l’artiste, le tracé peut se lire en suivant le parcours de la ligne, je ne voyais littéralement pas ce que cette ligne dessine en creux : le vide autour duquel se déroulent ces spirales. Je ne connaissais pas, alors, le travail de Lacan sur le tore dans son séminaire sur l’identification (1961-1962). Car, pour en revenir et ne s’en tenir qu’à mon sujet, c’est dans ce séminaire que Lacan élabore grâce à la topologie une formalisation, une « symbolisation remplaçable par n’importe qui d’autre », de quelque chose qui a un rapport avec la fonction du désir et le petit(a), là, précisément, dans le jeu de ces cercles autour du vide du tore et de celui que celui-ci définit : alors même que je saisissais – c’est tout le sens de mon livre – quelque chose du manque fondamental à tout être, dont toute l’œuvre de Twombly est une expression, je ne voyais que la ligne en sa course et non le vide autour duquel elle s’enroule – quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt.