Archives de catégorie : Invités du séminaire

mercredi 13 octobre : Gaspard Delanoë

« Un autre Delanoë est possible »

Gaspard Delanoë est un performeur né en 1968.
Il est le fondateur de plusieurs collectifs d’artistes évoluant dans le domaine des arts plastiques : Musée Igor Balut (1994), KGB (1999), Chez Robert, électrons libres (2000). Il est également l’auteur de trois recueils aux éditions In Libris : Autoportrait du chaman en érection (2003), Précisions à propos du concept de pipe-minute (2005) et Road repair avec l’atelier Julien Martial. Il réalise de nombreuses performances et installations principalement dans des musées, centres d’art, rues, squats et poubelles.
Il est l’auteur, avec Gaëlle Bourges, de la performance I Have a Dream, et co-auteur de Je Baise les Yeux. Performeur dans Le Verrou, de Gaëlle Bourges. Avec Yalda Younes, il crée Je suis venue (festival d’Avignon 2012) et Là, Callas ( Montpellier Danse 2013). À noter également les performances présentées, toujours avec Yalda Younes, Le discours d’entrée dans la veste et Problème technique (Rencontres D’Averroes, Marseille 2013).
Avec le metteur en scène Benoît Bradel, il initie le projet Je te souviens, lecture de textes de Perec, Brainard et  Yves Pagès dont la création a lieu en avril 2015.
En 2020, il publie Le Secret de l’urinoir de Marcel Duchamp révélé au monde, avec Julien de Casabianca, aux éditions du Laboratoire de la Création. 
Il participe en 2021 à la pièce de Gaëlle Bourges « OVTR » ( On Va Tout Rendre), Festival d’Automne. 
Son premier récit, Autoportrait (remake), publié en janvier 2017 aux éditions Plein Jour a été salué par la critique. (Le Monde, Transfuge, France Culture)
Gaspard Delanoë s’est d’autre part présenté aux élections européennes de 2014 sur la liste « L’Europe de Marrakech à Istanbul » du PFT (Parti Faire un Tour), aux élections présidentielles de 2012 où il a échoué à récolter les 500 signatures (354 signatures) et aux législatives de 2017 où il a contribué activement à faire chuter Cambadélis.

 

mercredi 22 septembre : vincent pécoil

Vincent Pécoil est historien, critique d’art et organisateur d’expositions. Après des études d’histoire de l’art et de philosophie, il a dirigé différents projets d’édition pour les Presses du réel, et collaboré à des périodiques en France et à l’étranger*. Il a également contribué à de nombreux catalogues d’expositions pour des galeries ou des institutions comme le Musée d’art moderne de la Ville de Paris, le Palais de Tokyo, le Kunsthaus Zürich ou la Tate Gallery… Il a enseigné l’histoire de l’art et, parallèlement, a organisé une centaine d’expositions, dans trois contextes distincts : secteur associatif (en particulier avec La Salle de bains, à Lyon), institutionnel (MAC Lyon, Villa Arson, FRAC Franche-Comté, FRAC Aquitaine…), et privé, notamment avec la direction d’une galerie, Triple V, de 2007 à 2017. Il a été recruté comme directeur du FRAC Normandie et commencera son travail à ce poste le 1er octobre.

(*) Notamment Art Monthly, Londres ; art/text, Los Angeles ; Camera Austria, Graz ; Contemporary, Londres ; Documents sur l’art, Dijon ; Flash Art, Milan ; Les Cahiers du MNAM, Paris ; Parkett, Zürich ; TATE Etc., Londres ; Trouble, Paris…

16h, université Bordeaux Montaigne, Maison de la recherche, salle des thèses.
> Se rendre à l’université

 

Mercredi 27 novembre : Barthélémy Toguo

Barthélémy Toguo est né à M’Balmayo, Cameroun, en 1967. Il vit et travaille aujourd’hui entre Paris et Bandjoun au Cameroun. Il est représenté par la Galerie Lelong & Co., Paris et New York. 

Travaillant dans les domaines de la peinture, du dessin, de la sculpture, de la photographie, de la performance et de l’installation, Barthélémy Toguo aborde les questions très contemporaines des frontières, de l’exil et du déplacement. Au cœur de sa pratique se trouve la notion d’appartenance, qui découle de sa double nationalité française et camerounaise.

À travers des gestes poétiques, pleins d’espoir et souvent figuratifs qui relient la nature au corps humain, Toguo s’intéresse aux implications écologiques et sociétales.

Récemment, ses travaux ont été éclairés par des mouvements et des tragédies humanitaires, notamment #Blacklivesmatter et la crise des réfugiés.

 Il déclare : « Ce qui me guide, c’est une esthétique en constante évolution, mais aussi un sens de l’éthique, qui fait une différence, et qui structure toute mon approche. » En 2008, il fonde Bandjoun Station dans son Cameroun natal pour promouvoir l’art et la culture contemporains au sein de la communauté locale. Le centre communautaire comprend un espace d’exposition, une bibliothèque, une résidence d’artiste et une ferme biologique. La plus importante exposition personnelle récente de Barthélémy Toguo a été The Beauty of Our Voice, Parrish Art Museum, Water Mill, New York (2018).

Toguo a été sélectionné pour le Prix Marcel Duchamp 2016 et a été inclus dans l’exposition de groupe des finalistes au Centre Pompidou, Paris. Il a participé à de nombreuses biennales internationales, dont la Biennale Kochi-Muziris, en Inde (2018), la 56e Biennale de Venise (2015), la 11e Biennale de Lyon (2011) et la Biennale Dak’Art (2010). Il a récemment été présenté dans Intriguing Uncertainty, The Parkview Museum Singapore (puis Pékin, Art/Afrique Le Nouvel Atelier, Fondation Louis Vuitton, Paris et Fragile State, Pinchuk Art Centre, Kiev, Ukraine). En 2011, Barthélémy Toguo a été fait Chevalier de l’ordre des Arts et des lettres en France.

Ses œuvres font partie des collections publiques du monde entier, notamment la Tate Modern, à Londres, le Centre Pompidou à Paris, le Musée d’art contemporain de Lyon, le Studio Museum Harlem, New York et le Museum of Modern Art, New York.

(Source galerie Lelong & Co., http://www.galerielelong.com/artists/barthelemy-toguo)

16h00, capc, salle des communications.

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne

Mercredi 20 novembre : Yann Toma

Yann Toma est artiste contemporain et artiste-observateur en résidence permanente au sein de l’ONU. Il positionne son travail, les formes singulières qu’il crée, ainsi que sa réflexion, à la frontière de l’expression artistique et citoyenne et les inscrit dans l’actualité politique et médiatique. Son travail artistique fait partie de nombreuses collections. Son œuvre est notamment intégrée à la collection du Centre Georges Pompidou. Son exposition participative personnelle au Grand Palais Dynamo-Fukushima (septembre 2011) a réuni plus de 24 000 personnes en près de trois jours en résonance avec les populations touchées par la catastrophe de Fukushima. De même avec Human Energy (décembre 2015), l’artiste a investi la Tour Eiffel dans son intégralité pendant la semaine des négociations de la COP21 et a additionné les calories de 80 millions de runners en une semaine. En 2016 il a fait danser autour de Human Greenergy 42 000 personnes pour sensibiliser la population de Pékin sur la transition énergétique (Institut Français, Pékin). Dans le cadre de la recherche universitaire, il est professeur des universités à l’École de Arts de La Sorbonne et dirige l’équipe de recherche Art&Flux (ACTE/CNRS) qui se consacre à la question de l’entreprise-artiste et de la transition énergétique. Il est également membre de l’Institut des Hautes Etudes en Sciences et Technologies (IHEST).
 
 

16h00, capc, salle des communications

 

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne

Mercredi 23 octobre : Geörgette Power

« Geörgette Power développe depuis une dizaine d’années un travail entre écriture, objet et vidéo. Basées sur une approche hybride de l’image dans laquelle se mêlent prises de vue réelles, animations 2D, 3D, langues étrangères ou inventées, textes, effets divers de post-production, ses créations audio-visuelles forment le cœur de sa pratique. Des vidéos qui tendent souvent vers des climats oniriques. Sur leurs chemins narratifs nous croisons le monde en modélisations, des êtres sans corps, des situations cocasses dans lesquelles le vide environnant prend la valeur d’une lumière qui éclaire routes, axes, perspective. À l’instar des rêves, c’est toutefois un état du réel et du monde qui s’y acte. Le sommeil profond met en valeur notre unité fragmentée. Notre syntaxe peut y être celle d’une algue, d’un octet, d’un oursin, d’un chien, d’un loup, nous révélant ainsi êtres pluriels… »

16h00, capc, salle des communications

 

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne

Mercredi 25 septembre : Christian Berst

PENSER L’ART BRUT, PANSER L’ART

Christian Berst est un collectionneur et galeriste français spécialisé dans l’art brut. Il est également commissaire d’expositions, conférencier, éditeur et auteur d’articles dans des publications internationales de référence. En 2005, il ouvre une première galerie dans le quartier de la Bastille qu’il déménage dans le Marais, passage des Gravilliers, 5 ans plus tard.

Il conçoit sa galerie comme une plateforme d’exploration et de décloisonnement afin de donner à voir et à penser l’art brut, par-delà les dogmatismes. Avec sept expositions par an, la publication de plus de 60 catalogues bilingues, l’organisation de dizaines de table-rondes, la galerie est avant tout réputée pour ses nombreuses découvertes d’artistes bruts à travers le monde. Mais Christian Berst est avant tout attaché à montrer tout le spectre formel de l’art brut, quel qu’en soit le style ou l’époque.

Ces dernières années, des institutions telles que le Palais de Tokyo, le Musée du Quai Branly, la fondation Louis Vuitton, le Kunstforum de Vienne, et bien d’autres l’ont sollicité pour des prêts d’œuvres. Tandis que plusieurs artistes représentés par la galerie ont récemment rejoint de prestigieuses collections publiques comme le Centre Pompidou, le Musée d’art moderne de la ville de Paris, le MoMA ou le MET.

Une quinzaine d’entre eux figuraient également dans la sélection des Biennales de Venise 2013 et 2017 et la récente exposition Photo Brut aux Rencontres internationales de la Photographie d’Arles a offert la consécration à un grand nombre d’artistes découverts ou défendus par la galerie.

En juin 2020, Christian Berst dirigera, avec Raphaël Koenig, le colloque de Cerisy consacré à l’art brut.

16h00, capc, salle des communications

 

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne

Mercredi 12 décembre : Benoit Léon Maurice Schmeltz

Benoît Schmeltz est artiste, photographe, vidéaste. Il vit et travaille en Dordogne. De formation universitaire (en mathématiques, architecture et arts plastiques), il est le co-fondateur de la Nouvelle Agence d’Architecture, située à Bordeaux, où il travaille jusqu’en 2007. Il s’installe ensuite à Hong Kong pour trois ans (série GoneWithTheWind, Containers). A son retour en Dordogne, il fonde avec la danseuse Charlotte Cattiaux la compagnie Demoiselles (2012). Son oeuvre est traversée par la question de la nature et du temps, de la danse et des corps.

http://www.benoitschmeltz.fr/

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne

mercredi 28 novembre : Fabrice Hyber

L’ensemble de l’oeuvre de Fabrice Hyber est conçu sous la forme d’un gigantesque rhizome qui se développe sur un principe d’échos. En procédant par accumulations, hybridations, mutations l’artiste opère de constants glissements entre des domaines extrêmement divers. Chaque oeuvre n’est qu’une étape intermédiaire et évolutive de ce « work in progress » qui se répand comme une prolifération de la pensée, établissant des liens et des échanges qui donnent ensuite lieu à d’autres articulations.
« Prothèse mentale qui prolonge la pensée par le corps » ou « entreprise mettant en réseau des individus, des idées et des savoir-faire », son oeuvre répond à de multiples définitions.
Fabrice Hyber valorise le rôle de l’artiste comme réalisateur, entrepreneur et médiateur, toujours sur plusieurs projets à la fois, il multiplie ses oeuvres en rhizomes, s’inspirant ainsi de la manière dont se développent les systèmes cellulaires de nombre d’organismes vivants, systèmes de flux irrigants, nourrissants, débordants.

[source http://www.reseaux-artistes.fr/]

17h30, capc, salle des communications

Mercredi 24 octobre : Léa Le Bricomte

Artiste à la création protéiforme et multi-référentielle ( Sculptures, photographies, installations, vidéos ,performances, concerts, dessins) née en 1987 à Montbard, diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2012, elle vit et travaille à Paris. Léa Le Bricomte explore l’univers guerrier en ayant recourt à des matériaux et à une iconographie militaire : obus, munitions, uniformes, médailles , armes. Des objets compris comme les vestiges de combats passés ou récents qu’elle récolte et collectionne. Ils sont ensuite recontextualisés dans un champ ludique, méditatif et altruiste. Le processus de détournement génère une conversion de la mort à la vie. Passionnée par les peuples premiers, elle travaille à tisser des liens entre les mondes. Ces travaux récents accentuent la dimension spirituelle et immatérielle de son œuvre. Léa Le Bricomte s’est notamment attachée à révéler le potentiel sonore des obus de la première guerre mondiale en organisant des concert/performances ritualisés ( Sounds Of War ) : une musique nouvelle émane des obus reprogrammés en instruments de paix. Depuis 2 ans elle invite des chercheurs du monde de l’invisible (chamans, médiums, guérisseurs) sur les champs de batailles à Verdun, ce vaste projet expérimental et collaboratif (Spirits of war) donnera lieu à une série d’expositions et d’événements divers (publications, conférences/performances, projections). Son travail a été présenté dans le cadre de nombreuses expositions en France et à l’étranger.

Mercredi 29 novembre : Manifeste Rien

Le Séminaire sur l’art d’aujourd’hui invite Jérémy Beschon, auteur et metteur en scène, du collectif Manifeste  Rien, ainsi que, autour de lui : Arnaud Alessandrin (université de Bordeaux) et Tassadit Yacine (EHESS).

Attention : exceptionnellement le séminaire se tiendra à 16h, université Bordeaux Montaigne, salle de spectacle de la Maison des arts. Il sera suivie d’une représentation de la pièce La domination masculine, avec Virginie Aimone.

Manifeste Rien propose un travail entre spectacle et science où l’humour et la poésie permettent de partager les richesses et la complexité de nos sociétés avec le plus grand nombre. Un répertoire conçu avec la collaboration d’intellectuels majeurs tels que Pierre Bourdieu, Benjamin Stora, Gérard Noiriel, sur les thématiques du genre, du racisme, de la laïcité et du modèle républicain. Un théâtre épique et d’actualité qui puise librement dans la commedia dell’arte, le conte, le mime. Des représentations suivies de débats en présence de chercheurs, ainsi que des ateliers, en itinérance dans les théâtres, les lieux associatifs et le milieu scolaire.

La Domination Masculine
Solo de Virginie Aimone

Quelle sont aujourd’hui les images de la femme ? Comment et pourquoi la femme existe-t-elle « d’abord » pour le regard d’autrui ? Est-ce la nouvelle iconographie de la publicité qui la soumet au rang d’objet ? Ou bien est-ce que la condition féminine, et donc les violences symboliques qu’elle subit, trouve son origine en nous même, dans notre manière de voir le monde, que l’on soit homme ou femme…
Au montage du texte de Pierre Bourdieu s’ajoutent les recherches de Tassadit Yacine ainsi que des mythes et de la poésie populaire berbère transcrits et analysés par la chercheuse. Cette adaptation scénique expose de manière ludique une domination que l’on pense d’ordre naturel, alors que celle-ci est d’ordre culturel.