Archives de catégorie : Invités du séminaire

Mercredi 15 décembre : Marc-Henri Garcia

Marc-Henri Garcia est né à Bordeaux en 1981. Commissaire d’exposition, galeriste, artiste peintre, il réalise également des installations, il produit de la musique et écrit des textes pour d’autres artistes et designer.
A l’issue d’une première session d’études scientifiques, il décide de se réorienter et se dirige vers des études d’art. A partir de 2003, il passe six ans aux Beaux-Arts de Bordeaux, dans l’atelier de Franck Eon, Lili Reynaud, et Daniel Dewar.
A la suite de ce parcours, il voyage beaucoup en Europe et sur le continent américain afin de rencontrer et collaborer avec divers artistes étrangers.
Après ses études, il organise ses premières expositions à l’étranger, comme à Berlin pour la galerie LageEgal avec Guillaume Leblon, Nicolas Milhé, Mathieu Mercier, Damien Mazières Yann Giraud, Claude Vitac ou encore Daniel Buren et Dan Graham. Puis après avoir été en charge des collections de la Famille Verges à Buenos Aires, il fait le choix de rentrer au bercail et de créer le projet 5UN7 (SUNSET). Cette galerie, liée à l’association éponyme depuis sa fondation en 2012 a pour mission de promouvoir l’Art, le design et la création contemporaine.
Au sein de ce lieu, sont mises en avant des œuvres à des prix défiants toute concurrence, sans pour autant y délaisser l’esthétisme et la valeur intrinsèque.
5UN7 devient alors un lieu d’art incontournable, dirigé par des artistes pour des artistes avec une superficie de 150 m2 au coeur du centre historique de Bordeaux. En son sein, un bar à gestion associative, invite aux échanges culturels et artistiques, ainsi qu’ à l’éclosion tardive de certains projets.
A Bordeaux, 5UN7 est aussi un outil didactique : Une de ses missions est de montrer tout ce qui existe dans les arts contemporains.
Marc Henri Garcia est attentif à préserver un esprit éclectique et curieux lors de chaque choix d’ exposition et surtout à garder une ligne et des thématiques extrêmement variées. Il y a certains projets qui arrivent déjà élaborés et d’autres pour lesquels il doit s’occuper de tout. Parfois Il travaille sur certains parce qu’il trouve que c’est cool. Parfois il y a juste un intérêt à montrer cette personne, son travail à tel moment, car cela correspond à une question de tendance, de société… ou tout simplement de coup de cœur.

Mercredi 1er décembre : Sandra Patron

Sandra Patron dirige le CAPC, musée d’art contemporain de Bordeaux depuis septembre 2019. De 2014 à 2019, elle a dirigé le Mrac Occitanie où elle a mené un ambitieux projet d’extension incluant une nouvelle librairie boutique, de nouveaux espaces d’expositions, de nouvelles réserves et un dépôt conséquent du Cnap. A la tête du musée, elle soutient entre autres le travail de Lubaina Himid, Simon Starling, Lourdes Castro, Bruno Peinado, Pierre Leguillon, Ulla Von Brandenburg ou Pierre Leguillon. De 2007 à 2014, elle dirige le Parc Saint Léger, un centre d’art contemporain fortement engagé dans des collaborations tissées avec des partenaires locaux qui permettaient de proposer aux artistes exposés (Gabriel Kuri, Lili Reynaud Dewar, Oscar Tuazon…) des contextes d’expérimentation pensés à partir des lieux qui les reçoivent et en relation étroite avec les personnes qui les animent. Dans le même temps, elle est fortement engagée dans les réseaux professionnels : d’abord à d.c.a, association de développement des centres d’art, qu’elle préside de 2012 à 2014, puis à Air de Midi, réseau d’Occitanie dont elle est vice-présidente de 2016 à 2018. De 1998 à 2007, elle dirige Triangle France à Marseille, structure innovante de résidences intégrée au Triangle Art Trust, où elle développe un festival bisannuel de performances, des résidences croisées à Hambourg et Barcelone et des expositions de la jeune scène française à Los Angeles, New York et Vilnius. De 2013 à 2016, elle est membre de la commission d’acquisition du Cnap et en 2018, elle est membre du comité de sélection du Pavillon Français de la Biennale de Venise 2019 (Artiste Laure Prouvost). Depuis 2020, elle est membre du comité d’achat du Frac Bretagne.

 

Mercredi 17 novembre : Hubert Renard

Hubert Renard cherche à mettre en doute la matérialité de l’œuvre d’art et à bousculer les éléments qui l’entourent et la font exister, son « paratexte ». Il construit la possible carrière d’un artiste qui porte son nom, en créant de toutes pièces les archives d’une œuvre  « exemplaire » apparue dans les années 1970 et qui suit les modes et les grands débats ayant marqué la fin du XXe siècle. L’objet d’art est subtilisé au profit de sa documentation. Ce travail est montré sous forme d’expositions documentaires, de conférences-performances (La Conférence des échelles, depuis 2001), ou publié dans des catalogues d’exposition ou des monographies. Ainsi, Hubert Renard a eu des expositions personnelles à l’artothèque de Lyon en 2003, au Cabinet du livre d’artiste à Rennes en 2008, à la galerie du CAUE à Limoges en 2009, au Centre des livres d’artistes de Saint-Yrieix-la-Perche en 2013 ou à la galerie mfc-michèle didier à Paris en 2017 et 2021. Il vient de publier la somme du travail réalisé en jouant sur l’exhaustivité et la rigueur du catalogue raisonné : Alain Farfall, Hubert Renard – Catalogue raisonné, 1969-1998, mfc-michèle didier, 2021.

http://hubrenard.free.fr

Photo : Portrait de l’artiste en jeune Mexicain – Archives d’Hubert Renard.

mercredi 13 octobre : Gaspard Delanoë

« Un autre Delanoë est possible »

Gaspard Delanoë est un performeur né en 1968.
Il est le fondateur de plusieurs collectifs d’artistes évoluant dans le domaine des arts plastiques : Musée Igor Balut (1994), KGB (1999), Chez Robert, électrons libres (2000). Il est également l’auteur de trois recueils aux éditions In Libris : Autoportrait du chaman en érection (2003), Précisions à propos du concept de pipe-minute (2005) et Road repair avec l’atelier Julien Martial. Il réalise de nombreuses performances et installations principalement dans des musées, centres d’art, rues, squats et poubelles.
Il est l’auteur, avec Gaëlle Bourges, de la performance I Have a Dream, et co-auteur de Je Baise les Yeux. Performeur dans Le Verrou, de Gaëlle Bourges. Avec Yalda Younes, il crée Je suis venue (festival d’Avignon 2012) et Là, Callas ( Montpellier Danse 2013). À noter également les performances présentées, toujours avec Yalda Younes, Le discours d’entrée dans la veste et Problème technique (Rencontres D’Averroes, Marseille 2013).
Avec le metteur en scène Benoît Bradel, il initie le projet Je te souviens, lecture de textes de Perec, Brainard et  Yves Pagès dont la création a lieu en avril 2015.
En 2020, il publie Le Secret de l’urinoir de Marcel Duchamp révélé au monde, avec Julien de Casabianca, aux éditions du Laboratoire de la Création. 
Il participe en 2021 à la pièce de Gaëlle Bourges « OVTR » ( On Va Tout Rendre), Festival d’Automne. 
Son premier récit, Autoportrait (remake), publié en janvier 2017 aux éditions Plein Jour a été salué par la critique. (Le Monde, Transfuge, France Culture)
Gaspard Delanoë s’est d’autre part présenté aux élections européennes de 2014 sur la liste « L’Europe de Marrakech à Istanbul » du PFT (Parti Faire un Tour), aux élections présidentielles de 2012 où il a échoué à récolter les 500 signatures (354 signatures) et aux législatives de 2017 où il a contribué activement à faire chuter Cambadélis.

 

mercredi 22 septembre : vincent pécoil

Vincent Pécoil est historien, critique d’art et organisateur d’expositions. Après des études d’histoire de l’art et de philosophie, il a dirigé différents projets d’édition pour les Presses du réel, et collaboré à des périodiques en France et à l’étranger*. Il a également contribué à de nombreux catalogues d’expositions pour des galeries ou des institutions comme le Musée d’art moderne de la Ville de Paris, le Palais de Tokyo, le Kunsthaus Zürich ou la Tate Gallery… Il a enseigné l’histoire de l’art et, parallèlement, a organisé une centaine d’expositions, dans trois contextes distincts : secteur associatif (en particulier avec La Salle de bains, à Lyon), institutionnel (MAC Lyon, Villa Arson, FRAC Franche-Comté, FRAC Aquitaine…), et privé, notamment avec la direction d’une galerie, Triple V, de 2007 à 2017. Il a été recruté comme directeur du FRAC Normandie et commencera son travail à ce poste le 1er octobre.

(*) Notamment Art Monthly, Londres ; art/text, Los Angeles ; Camera Austria, Graz ; Contemporary, Londres ; Documents sur l’art, Dijon ; Flash Art, Milan ; Les Cahiers du MNAM, Paris ; Parkett, Zürich ; TATE Etc., Londres ; Trouble, Paris…

16h, université Bordeaux Montaigne, Maison de la recherche, salle des thèses.
> Se rendre à l’université

 

Mercredi 7 octobre : Francine Flandrin

Le temps qu’elle fait.

« L’iconoclaste Francine Flandrin déploie toute la mesure d’un travail dont l’esprit hétérodoxe frappe dès le premier regard » (Marie Deparis, critique d’art). 

Spécialiste Hue Dada de l’art contemporain, Francine Flandrin révèle dans une recherche plastique et performative transversale, un désir « no limit » de profiter ici et maintenant d’un temps qui ne cesse de filer. Mots d’esprit, glissements sémantiques, grincements de dents et littéralité accompagnent son travail.

16h, CAPC, salle de communication

 

 

Mercredi 16 septembre : Ronan Charles

« Singulièrement fasciné par la constitution d’œuvres comme le Centaure Mourant (2008) d’Alain Séchas, je vois mes créations comme des mises en scène d’un rapport traditionnel à la création artistique (se manifestant soit par la référence à l’histoire de l’art, soit par la mise en scène d’outils ou de matériaux de beaux-arts), réalisées grâce à des outils, des approches retrouvées dans le champ de l’art contemporain (projection, vidéo, interactivité) et nécessitant parfois des opérations particulières dans le temps et l’espace. Cette démarche, qui se caractérise par une manière de promouvoir le travail artistique tout en le segmentant, naît d’une volonté d’inspirer des doutes sur l’activité artistique elle-même. En effet, au-delà de cet aspect d’engagement désengagé, de prise de risque de ne pas en prendre, subsiste un parti pris de la complétude, un dogme associant matériellement des visions antipodiques de l’art (par confrontation ou collaboration plastique) et dont l’objectif est d’amener le regardeur à s’interroger sur l’attrait par « l’originel », l’estimation de la contemporanéité ou encore l’intervention de la référence. Ma démarche s’inscrit donc également dans un art sur l’art et propose par conséquent un partage avec le regardeur sur la complexité d’une activité si proprement humaine. » Ronan Charles

Image : Ronan Charles, L’extase matérielle, marbre blanc, cadre 40 cm, août 2014

http://ronan-charles.com/

16h00, capc, salle des communications.

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne

Mercredi 27 novembre : Barthélémy Toguo

Barthélémy Toguo est né à M’Balmayo, Cameroun, en 1967. Il vit et travaille aujourd’hui entre Paris et Bandjoun au Cameroun. Il est représenté par la Galerie Lelong & Co., Paris et New York. 

Travaillant dans les domaines de la peinture, du dessin, de la sculpture, de la photographie, de la performance et de l’installation, Barthélémy Toguo aborde les questions très contemporaines des frontières, de l’exil et du déplacement. Au cœur de sa pratique se trouve la notion d’appartenance, qui découle de sa double nationalité française et camerounaise.

À travers des gestes poétiques, pleins d’espoir et souvent figuratifs qui relient la nature au corps humain, Toguo s’intéresse aux implications écologiques et sociétales.

Récemment, ses travaux ont été éclairés par des mouvements et des tragédies humanitaires, notamment #Blacklivesmatter et la crise des réfugiés.

 Il déclare : « Ce qui me guide, c’est une esthétique en constante évolution, mais aussi un sens de l’éthique, qui fait une différence, et qui structure toute mon approche. » En 2008, il fonde Bandjoun Station dans son Cameroun natal pour promouvoir l’art et la culture contemporains au sein de la communauté locale. Le centre communautaire comprend un espace d’exposition, une bibliothèque, une résidence d’artiste et une ferme biologique. La plus importante exposition personnelle récente de Barthélémy Toguo a été The Beauty of Our Voice, Parrish Art Museum, Water Mill, New York (2018).

Toguo a été sélectionné pour le Prix Marcel Duchamp 2016 et a été inclus dans l’exposition de groupe des finalistes au Centre Pompidou, Paris. Il a participé à de nombreuses biennales internationales, dont la Biennale Kochi-Muziris, en Inde (2018), la 56e Biennale de Venise (2015), la 11e Biennale de Lyon (2011) et la Biennale Dak’Art (2010). Il a récemment été présenté dans Intriguing Uncertainty, The Parkview Museum Singapore (puis Pékin, Art/Afrique Le Nouvel Atelier, Fondation Louis Vuitton, Paris et Fragile State, Pinchuk Art Centre, Kiev, Ukraine). En 2011, Barthélémy Toguo a été fait Chevalier de l’ordre des Arts et des lettres en France.

Ses œuvres font partie des collections publiques du monde entier, notamment la Tate Modern, à Londres, le Centre Pompidou à Paris, le Musée d’art contemporain de Lyon, le Studio Museum Harlem, New York et le Museum of Modern Art, New York.

(Source galerie Lelong & Co., http://www.galerielelong.com/artists/barthelemy-toguo)

16h00, capc, salle des communications.

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne

Mercredi 20 novembre : Yann Toma

Yann Toma est artiste contemporain et artiste-observateur en résidence permanente au sein de l’ONU. Il positionne son travail, les formes singulières qu’il crée, ainsi que sa réflexion, à la frontière de l’expression artistique et citoyenne et les inscrit dans l’actualité politique et médiatique. Son travail artistique fait partie de nombreuses collections. Son œuvre est notamment intégrée à la collection du Centre Georges Pompidou. Son exposition participative personnelle au Grand Palais Dynamo-Fukushima (septembre 2011) a réuni plus de 24 000 personnes en près de trois jours en résonance avec les populations touchées par la catastrophe de Fukushima. De même avec Human Energy (décembre 2015), l’artiste a investi la Tour Eiffel dans son intégralité pendant la semaine des négociations de la COP21 et a additionné les calories de 80 millions de runners en une semaine. En 2016 il a fait danser autour de Human Greenergy 42 000 personnes pour sensibiliser la population de Pékin sur la transition énergétique (Institut Français, Pékin). Dans le cadre de la recherche universitaire, il est professeur des universités à l’École de Arts de La Sorbonne et dirige l’équipe de recherche Art&Flux (ACTE/CNRS) qui se consacre à la question de l’entreprise-artiste et de la transition énergétique. Il est également membre de l’Institut des Hautes Etudes en Sciences et Technologies (IHEST).
 
 

16h00, capc, salle des communications

 

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne

Mercredi 23 octobre : Geörgette Power

“Geörgette Power développe depuis une dizaine d’années un travail entre écriture, objet et vidéo. Basées sur une approche hybride de l’image dans laquelle se mêlent prises de vue réelles, animations 2D, 3D, langues étrangères ou inventées, textes, effets divers de post-production, ses créations audio-visuelles forment le cœur de sa pratique. Des vidéos qui tendent souvent vers des climats oniriques. Sur leurs chemins narratifs nous croisons le monde en modélisations, des êtres sans corps, des situations cocasses dans lesquelles le vide environnant prend la valeur d’une lumière qui éclaire routes, axes, perspective. À l’instar des rêves, c’est toutefois un état du réel et du monde qui s’y acte. Le sommeil profond met en valeur notre unité fragmentée. Notre syntaxe peut y être celle d’une algue, d’un octet, d’un oursin, d’un chien, d’un loup, nous révélant ainsi êtres pluriels…”

16h00, capc, salle des communications

 

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne