Archives de catégorie : 2016-2017

Lundi 6 mars : Jean-Luc Verna

Attention : exceptionnellement le Séminaire sur l’art d’aujourd’hui se tiendra le lundi 6 mars, 17h, à l’université Bordeaux Montaigne
(tram B, arrêt Montaigne-Montesquieu), amphi Lefèvre.

À l’occasion de sa grande rétrospective « Vous n’êtes pas un peu beaucoup maquillé ? — Non » au MACVAL, Musée d’art contemporain du Val de Marne, Vitry sur Seine, l’artiste Jean-Luc Verna vient au Séminaire sur l’art d’aujourd’hui nous parler de son travail.

L’œuvre polymorphe de Jean-Luc Verna convoque tour à tour ou tout à la fois le dessin, l’installation, la photographie, la danse, la musique, la sculpture. L’ensemble est traversé par la question du corps, du soi, de la transformation, du travestissement, de la vie amoureuse, de la maladie, du vieillissement, et trace inlassablement un autoportrait de l’artiste, lui-même « matière de son œuvre », comme le disait Montaigne.

http://www.airdeparis.com/artists/jean-luc-verna

 

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante de l’université Bordeaux Montaigne.

Mercredi 25 janvier : Marie-Laure Allain Bonilla

Visualiser la théorie : Usages des théories postcoloniales dans les pratiques curatoriales de l’art contemporain depuis les années 1980 (Rennes 2, 2014) est une réflexion historicisée sur l’articulation entre les théories postcoloniales et les pratiques curatoriales de l’art contemporain. Elle souligne les perméabilités et la relation dialogique qui se sont instaurées entre celles-ci. Il ne s’agit pas d’expliquer les théories postcoloniales appliquées aux pratiques curatoriales et d’en donner une sorte de mode d’emploi, mais plutôt de les visualiser, c’est-à-dire de donner à voir les différents développements et incarnations de celles-ci. Au-delà d’une simple présentation de ce travail de recherche doctoral, il s’agira également de revenir sur un parcours de recherche et de montrer comment celui-ci s’est construit en inventant une méthodologie propre.

Formée en études curatoriales, Marie-laure Allain Bonilla est docteure en histoire de l’art contemporain. Elle est post-doctorante à l’Université de Bâle depuis janvier 2016. Ses recherches actuelles portent sur les politiques d’acquisition muséales à l’ère de la globalisation et les possibilités de décoloniser les pratiques institutionnelles. Un autre de ses chantiers concerne la biennale de Johannesburg sur laquelle elle travaille depuis plus de dix années et dont elle a le projet d’établir une monographie en collaboration avec Natasha Becker. Elle a contribué à des ouvrages collectifs et notamment publié dans les Carnets du BAL, L’Art Même, Qalqalah, Africultures, Critique d’art ou Muséologies (à venir). Elle travaille actuellement à la publication du manuscrit de sa thèse de doctorat ainsi qu’à celle des actes du colloque Subjectivités féministes, queer et postcoloniales en art contemporain : une histoire en mouvements, qu’elle a co-organisé en avril 2015 à l’Université Rennes 2.

capc, salle de communication, 17h

En partenariat avec le Centre François-Georges Pariset, université Bordeaux Montaigne.

 

 

 

Visuel : vue de l’installation de Rasheed Araeen, The Reading Room, 1979-2011 pour l’exposition The Global Contemporary: Art Worlds After 1989 (ZKM, Karlsruhe, 2011). Droits réservés.

 

 

mercredi 7 décembre : François Trahais

Depuis la fin des années soixante, l’art conceptuel et les nouvelles modalités d’existence de l’œuvre qu’il implique remettent en question les critères traditionnels d’authenticité. La reproductibilité mais surtout la dématérialisation de l’œuvre envisagent la disparition de l’objet au profit d’une valorisation de l’idée et de l’action. Dès lors, comment collectionner l’art contemporain sinon comme une pratique libérée du fétichisme des objets d’art ? En s’associant aux artistes issus du conceptualisme, un nouveau profil de collectionneur émerge au cours des années 1970. C’est en s’impliquant directement dans les processus de création que les mécènes de l’art conceptuel invitent à repenser le mythe de l’artiste solitaire et la question du génie artistique.

Né en 1978, François Trahais débute ses études au sein de la Villa Arson avant de se spécialiser en histoire de l’art contemporain et en droit de la propriété intellectuelle au sein des universités de Bordeaux. Il mène actuellement une thèse en histoire de l’art contemporain au sein de l’École Doctorale Montaigne Humanités sous la direction de Richard Leeman. Membre du comité de rédaction des Essais (revue interdisciplinaire en sciences humaines) depuis 2011, il est également rédacteur indépendant (revue Critique d’Art, Documents d’Artistes Aquitaine, La Belle Revue) et traducteur (Art and Language, made in Zurich, Éditions Bernard Jordan, 2014).

Illus. : Allan McCollum (1944 – ) Plaster Surrogates (Substituts en plâtre),1985, 20 éléments en céramique à froid sur plâtre, 128,5 x 203 cm, Centre Pompidou, MNAM, Paris.

logo_clareLogo ARTES 171x97

Mercredi 23 novembre : Emmanuel Reveneau – The Lucid brain integrative project

Emmanuel Reveneau : The Lucid brain integrative project

Attention : exceptionnellement, le séminaire se déroulera
le 23 novembre dans l’auditorium du capc de 17h à 18h30.
Il sera suivi d’un concert d’une demi-heure, à partir de 18h30.

Pratique sonore dédiée à la rétroaction, le live looping accompagne à la marge depuis son invention en 1963 par le compositeur américain Terry Riley le développement du paradigme cybernétique. En incarnant une version originale du dialogue homme-machine, les adeptes du live looping ont exploré une approche électroacoustique et expérientielle alternative. Répétition, générativité, temps réel, composition, orchestration et improvisation, manipulations sonores, interfaces.

Après la création d’installations multimodales articulant le live looping à une réflexivité générale (2001-2010), The Lucid brain est devenu le terrain d’essai d’un logiciel visant à radicaliser certains principes : neutralité ingénieriale, logiques idiosynchrasiques, « double » machinique, routing matriciel. Vers une reconvergence des outils de composition sonore : looping, sampling, tape music, sequencing, triggering, mix, synthèse granulaire.

Né en 1970, Emmanuel Reveneau poursuit depuis les années 1990 ses activités sonores et vidéographiques à travers le spectacle vivant. Il produit depuis 2013 le Loop Jubilee, déclinaison française du Y2K International Live Looping Festival, et tourne fréquemment en Europe et aux Etats-Unis.

Voir :

https://www.youtube.com/user/TheLucidbrain

https://www.facebook.com/TheLucidBrain/

Duo avec Laurie Amat (ex-The Residents) : https://shoresoflatency.bandcamp.com/

Mercredi 9 novembre : Ludovic Nobileau

Que peut-on faire dans l’espace public. Conférence active

« Chaque année, plus de 4 kg de lois sont rédigées sans que personne puisse prétendre les avoir lues »

Que peut-on faire dans l’espace public ? Force est de constater que nous ne savons pas vraiment, bien que nous soyons souvent rappelés à l’ordre sur ce que nous n’avons pas le droit de faire. Puisque « nul n’est censé ignorer la loi », nous sommes tous dans l’illégalité… Le Code de la déconduite, véritable guide du citoyen, explore avec les habitants les limites du droit, et entreprend des actions “border line” pour que nous prenions conscience que le droit est une construction humaine qui n’est pas figée, qui doit être éprouvée, questionnée ; plus encore, il est de notre responsabilité de le faire évoluer, progresser, pour préserver les libertés et construire une société plus inclusive. Pour le réaliser, X/tnt mène une série d’expériences avec des citoyens de plusieurs villes d’Europe, en collaboration avec des Universités, notamment avec des Facultés de Droit et des Ecoles d’Art. X/tnt souhaite passer avec ce projet à une action culturelle politique et éprouver les limites de la loi dans l’espace public. En effet, le domaine public est quasi exclusivement régi par des mesures de sécurité, au lieu d’être considéré comme un espace de vie et d’échanges en commun.

 

Ludovic Nobileau est metteur en scène, acteur et réalisateur.  Il co-dirige la compagnie X/tnt spécialisée dans des actions participatives de rue qui revendiquent une réappropriation de l’espace public et une réinvention de la ville. Après des études de cinéma et de lettres modernes, il monte des œuvres théâtrales classiques (Lorenzaccio, En attendant Godot) avant de se tourner vers un théâtre de l’immédiateté dans les rues de Paris où il monte une histoire athlétique et fragmentée du théâtre au rythme de trois pièces par an. Admis à l’Institut nomade de formation à la mise en scène au Conservatoire supérieur national d’art dramatique (Paris), il a travaillé auprès de Bob Wilson (Etats-Unis) et de Kristian Lupa (Pologne).
Les actions participatives d’X/tnt ont également été montées au Grand Palais, au Toynbee Studio à Londres, à la Ferme du Buisson, au Festival les Tombées de la nuit (Rennes), au Festival de la Cité Lausanne, à la Zat (Montpelliers), au Festival Vivacité Rouen, au NNF Festival UK, et tout dernièrement,  pour « Mons capitale Européenne de la Culture en 2015 » où la compagnie a créé un des plus grands projets collaboratifs de Mons 2015 : Mons Street Review, une carte collaborative de Mons à 360° dans 10 km de rue (visible sur https://goo.gl/5KqNRk).

> Voir le site d’X/Tnt

Sur le projet Mons Street : http://xtnt.org/streetreview-press.html