Archives de catégorie : 2017-2018

Mercredi 29 novembre : Manifeste Rien

Le Séminaire sur l’art d’aujourd’hui invite Jérémy Beschon, auteur et metteur en scène, du collectif Manifeste  Rien, ainsi que, autour de lui : Arnaud Alessandrin (université de Bordeaux) et Tassadit Yacine (EHESS).

Attention : exceptionnellement le séminaire se tiendra à 16h, université Bordeaux Montaigne, salle de spectacle de la Maison des arts. Il sera suivie d’une représentation de la pièce La domination masculine, avec Virginie Aimone.

Manifeste Rien propose un travail entre spectacle et science où l’humour et la poésie permettent de partager les richesses et la complexité de nos sociétés avec le plus grand nombre. Un répertoire conçu avec la collaboration d’intellectuels majeurs tels que Pierre Bourdieu, Benjamin Stora, Gérard Noiriel, sur les thématiques du genre, du racisme, de la laïcité et du modèle républicain. Un théâtre épique et d’actualité qui puise librement dans la commedia dell’arte, le conte, le mime. Des représentations suivies de débats en présence de chercheurs, ainsi que des ateliers, en itinérance dans les théâtres, les lieux associatifs et le milieu scolaire.

La Domination Masculine
Solo de Virginie Aimone

Quelle sont aujourd’hui les images de la femme ? Comment et pourquoi la femme existe-t-elle « d’abord » pour le regard d’autrui ? Est-ce la nouvelle iconographie de la publicité qui la soumet au rang d’objet ? Ou bien est-ce que la condition féminine, et donc les violences symboliques qu’elle subit, trouve son origine en nous même, dans notre manière de voir le monde, que l’on soit homme ou femme…
Au montage du texte de Pierre Bourdieu s’ajoutent les recherches de Tassadit Yacine ainsi que des mythes et de la poésie populaire berbère transcrits et analysés par la chercheuse. Cette adaptation scénique expose de manière ludique une domination que l’on pense d’ordre naturel, alors que celle-ci est d’ordre culturel.

 

Mercredi 11 octobre : Jean-Baptiste Farkas

Le Séminaire sur l’art d’aujourd’hui invite l’artiste Jean-Baptiste Farkas ainsi que, autour de lui : Alexandre Bohn (dir. du FRAC Poitou-Charentes) ; Éric Mangion (dir. du centre d’art de la Villa Arson) ; Ghislain Mollet Viéville (agent d’art) ; François Trahais (doctorant).

Attention : exceptionnellement le séminaire se tiendra à 16h, capc, salle des communications. Il sera suivie d’une visite à la galerie Éponyme (18h15) et à la galerie 5un7 (19h15).

« Je considère que :
L’objet d’art nous encombre, il est devenu superflu.
Le présent nous demande de donner toute son importance à l’action de soustraire.
La conception que l’on se fait de l’auteur est une illusion, un raccourci commode qu’il est à présent indispensable de revisiter.
— Il n’y a plus un auteur unique pour une œuvre unique mais une multiplicité d’auteurs pour plusieurs réalisations potentielles de chaque œuvre.
L’exposition est un idéal dépassé qui doit faire place à d’autres modalités d’action telles que la manœuvre ou l’opération.
— Opérer caractérise une pratique de l’art qui relègue l’art à l’arrière-plan pour tenter de conquérir le terrain de la réalité quotidienne.
Au travers de deux identités, IKHÉA©SERVICES et Glitch, je diffuse des services.
Par « service », j’entends des instructions qui attendent d’être mises en pratique :
N°37
Permissif
S’unir sans réserve à ce qui nous répugne.
Ces deux identités renvoient à deux gestes :
IKHÉA©SERVICES : « rompre l’enchaînement des actions efficaces ».
— Perturber, contrarier.
Glitch : « Beaucoup plus de moins ! ».
— Il y a pléthore de tout. Soustraire est donc LE geste qu’il revient de favoriser.
Écrits pour être mis en pratique, ces modes d’emploi doivent tout à ceux qui, en les réalisant, leur inventent un vécu.
Participer, c’est :
— mettre un mode d’emploi en pratique.
— commander la mise en pratique d’un mode d’emploi.
— proposer un nouveau mode d’emploi.
— proposer la variante d’un mode d’emploi déjà mis en pratique au moins une fois.
— acquérir un de nos services[1].

[1] L’acquisition d’un service et du mode d’emploi qui lui est rattaché ne modifie en rien le fait qu’il soit toujours et partout entièrement libre d’accès. »

(J.-B. F.)

Jean-Baptiste Farkas publie On Words, In Deeds (chez mfc–michèle didier), version anglaise augmentée de Des modes d’emploi et des passages à l’acte. Lancement de l’ouvrage à Printed Matter, New York, le 27 octobre 2017.

En partenariat avec la galerie Eponyme, l’association 5un7 et l’association Maelstrom.

Avec le concours :
– du département des Arts, université Bordeaux Montaigne
– de l’unité de recherche CLARE et de l’équipe ARTES, université Bordeaux Montaigne
– du conseil scientifique de l’université Bordeaux Montaigne
– du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne

 

Mercredi 13 septembre : Arnaud Labelle-Rojoux

Le Séminaire sur l’art d’aujourd’hui invite l’artiste Arnaud Labelle-Rojoux à l’occasion de l’exposition « Badaaaass » dont il est le commissaire à la galerie La mauvaise réputation (15 septembre-14 octobre, vernissage jeudi 14 octobre à 19h).

« Comme Paul McCarthy (né en 1945) ou Mike Kelley (1954-2012), dont il est l’un des seuls équivalents européens, Arnaud Labelle-Rojoux a fait ses débuts dans les marges plus ou moins underground de la performance et de la poésie sonore. [… ] En 1988, un an avant le Lipstick Traces de Greil Marcus, Labelle-Rojoux publie de son côté L’acte pour l’art […] Au prix d’une exploration méthodique, critique et historique dans laquelle l’introspection tient une grande part souterraine, il élabore là un manifeste de la « mise en péril » systématique. Mais c’est avec L’art parodic’ (paru en 1996) qu’il trouve le véritable mystère de son art : « que refoulent les grands airs confits pris par le “ grand Art ”, “ grande Littérature  ”,  la «  » ou la “ grande musique”, ou plutôt, que libère ou provoque le défoulé lorsqu’il s’opère à partir de l’une ou l’autre de ces sacro-saintes catégories ? ». Dès cette année-là, Arnaud Labelle-Rojoux s’empare des deux formes esthétiques qu’il développe depuis. La première, issue du cabaret, se situe du côté de « l’ésotérique troupier », et culmine avec les mythiques « Nonose clubs » au Palais de Tokyo (2002), « très prostitutifs et volontairement insaisissables ». La seconde, avatar de l’exposition « totale » climax des avant-gardes, vient également de l’univers du théâtre ; il s’agit d’un dispositif frontal qui se présente comme un « mur d’art », parent du « mur du son » inventé par l’un de ses héros, le producteur Pop Phil Spector. Saturant la cimaise, provoquant des rapprochements incongrus et/ou trop pleins de sens, l’accrochage hyper-serré, […] est la soupe primitive du big bang intellectuel que Labelle-Rojoux cherche à initier chez le regardeur. Les à-peu-près langagiers et visuels, les références absconses ou intimes, les télescopages spatio-temporels, les superpositions de couches culturelles totalement hétérogènes, découragent toute tentative de compréhension. […] Chercher à en épuiser le sens étant particulièrement vain, il faut accepter de s’y égarer pour en expérimenter toute la portée. » (Stéphane Corréard)

Représenté par la Galerie Loevenbruck à Paris, Arnaud Labelle-Rojoux y expose régulièrement depuis 2003. Il a, par ailleurs, entre autres participé aux expositions Notre Histoire, Palais de Tokyo, 2006 ; La Force de l’art 02 (en compagnie de Xavier Boussiron avec lequel il poursuit depuis 2005 un projet sans limites de temps autour de la « passion triste »), Grand Palais, Paris, 2009 ; Une forme pour toute action, Le Printemps de septembre, Toulouse, 2010 ; Les Maîtres du désordre, Musée du quai Branly, 2012 ; Le Surréalisme et l’objet, Centre Georges Pompidou, 2013.

Auteur, il a depuis L’Acte pour l’art (1988) publié une dizaine d’essais, essentiellement sur l’art, et collabore occasionnellement à l’écriture de spectacles pour la Compagnie du Zerep. Il organise également des événements réclamant la participation d’artistes divers et des expositions.  Ainsi il présente en septembre 2017 à Bordeaux, à la galerie La Mauvaise Réputation, l’exposition Badaaaass regroupant 4 jeunes artistes issus de la Villa Arson où il a enseigné durant dix ans, et réalisera une conférence-performance avec Gauthier Tassart s’inscrivant dans le cycle du Culte des bannis initié en 2015 à la Fiac.

Mercredi 13 septembre, 17h00, capc, salle des communications.

En partenariat avec la galerie La mauvaise réputation, 10 rue des Argentiers, Bordeaux.