Mercredi 13 septembre : Arnaud Labelle-Rojoux

Le Séminaire sur l’art d’aujourd’hui invite l’artiste Arnaud Labelle-Rojoux à l’occasion de l’exposition « Badaaaass » dont il est le commissaire à la galerie La mauvaise réputation (15 septembre-14 octobre, vernissage jeudi 14 octobre à 19h).

« Comme Paul McCarthy (né en 1945) ou Mike Kelley (1954-2012), dont il est l’un des seuls équivalents européens, Arnaud Labelle-Rojoux a fait ses débuts dans les marges plus ou moins underground de la performance et de la poésie sonore. [… ] En 1988, un an avant le Lipstick Traces de Greil Marcus, Labelle-Rojoux publie de son côté L’acte pour l’art […] Au prix d’une exploration méthodique, critique et historique dans laquelle l’introspection tient une grande part souterraine, il élabore là un manifeste de la « mise en péril » systématique. Mais c’est avec L’art parodic’ (paru en 1996) qu’il trouve le véritable mystère de son art : « que refoulent les grands airs confits pris par le “ grand Art ”, “ grande Littérature  ”,  la «  » ou la “ grande musique”, ou plutôt, que libère ou provoque le défoulé lorsqu’il s’opère à partir de l’une ou l’autre de ces sacro-saintes catégories ? ». Dès cette année-là, Arnaud Labelle-Rojoux s’empare des deux formes esthétiques qu’il développe depuis. La première, issue du cabaret, se situe du côté de « l’ésotérique troupier », et culmine avec les mythiques « Nonose clubs » au Palais de Tokyo (2002), « très prostitutifs et volontairement insaisissables ». La seconde, avatar de l’exposition « totale » climax des avant-gardes, vient également de l’univers du théâtre ; il s’agit d’un dispositif frontal qui se présente comme un « mur d’art », parent du « mur du son » inventé par l’un de ses héros, le producteur Pop Phil Spector. Saturant la cimaise, provoquant des rapprochements incongrus et/ou trop pleins de sens, l’accrochage hyper-serré, […] est la soupe primitive du big bang intellectuel que Labelle-Rojoux cherche à initier chez le regardeur. Les à-peu-près langagiers et visuels, les références absconses ou intimes, les télescopages spatio-temporels, les superpositions de couches culturelles totalement hétérogènes, découragent toute tentative de compréhension. […] Chercher à en épuiser le sens étant particulièrement vain, il faut accepter de s’y égarer pour en expérimenter toute la portée. » (Stéphane Corréard)

Représenté par la Galerie Loevenbruck à Paris, Arnaud Labelle-Rojoux y expose régulièrement depuis 2003. Il a, par ailleurs, entre autres participé aux expositions Notre Histoire, Palais de Tokyo, 2006 ; La Force de l’art 02 (en compagnie de Xavier Boussiron avec lequel il poursuit depuis 2005 un projet sans limites de temps autour de la « passion triste »), Grand Palais, Paris, 2009 ; Une forme pour toute action, Le Printemps de septembre, Toulouse, 2010 ; Les Maîtres du désordre, Musée du quai Branly, 2012 ; Le Surréalisme et l’objet, Centre Georges Pompidou, 2013.

Auteur, il a depuis L’Acte pour l’art (1988) publié une dizaine d’essais, essentiellement sur l’art, et collabore occasionnellement à l’écriture de spectacles pour la Compagnie du Zerep. Il organise également des événements réclamant la participation d’artistes divers et des expositions.  Ainsi il présente en septembre 2017 à Bordeaux, à la galerie La Mauvaise Réputation, l’exposition Badaaaass regroupant 4 jeunes artistes issus de la Villa Arson où il a enseigné durant dix ans, et réalisera une conférence-performance avec Gauthier Tassart s’inscrivant dans le cycle du Culte des bannis initié en 2015 à la Fiac.

Mercredi 13 septembre, 17h00, capc, salle des communications.

En partenariat avec la galerie La mauvaise réputation, 10 rue des Argentiers, Bordeaux.