Mercredi 7 octobre : Francine Flandrin

Le temps qu’elle fait.

« L’iconoclaste Francine Flandrin déploie toute la mesure d’un travail dont l’esprit hétérodoxe frappe dès le premier regard » (Marie Deparis, critique d’art). 

Spécialiste Hue Dada de l’art contemporain, Francine Flandrin révèle dans une recherche plastique et performative transversale, un désir « no limit » de profiter ici et maintenant d’un temps qui ne cesse de filer. Mots d’esprit, glissements sémantiques, grincements de dents et littéralité accompagnent son travail.

16h, CAPC, salle de communication

 

 

Calendrier 2020-2021

Le séminaire se déroule le mercredi de 16h à 18h au Capc de Bordeaux, salle des communications.

Dans la continuité du séminaire de l’année dernière, Richard Leeman poursuivra ses investigations « mythographiques », avec Priape, Saturne, Omphale et d’autres figures mythiques permettant d’articuler une pensée de l’art contemporain.

> 23 septembre, 30 septembre, 14 octobre, 4 novembre.

Comme chaque année, le séminaire invite cet automne des artistes, des critiques, des historiens de l’art à nous parler de leur actualité.

  • 16 septembre – Ronan Charles, artiste
  • 7 octobre – Francine Flandrin, artiste
  • 18 novembre – Vincent Pécoil, critique d’art
  • 2 décembre – Gaspard Delanoë, artiste
  • 16 décembre – Sandra Patron, commissaire d’exposition, directrice du CAPC

Le 23 octobre, le Séminaire sur l’art d’aujourd’hui invite l’artiste Yann Toma pour un workshop destiné aux étudiants de master de l’université Bordeaux Montaigne (sur inscription).

 

Mercredi 16 septembre : Ronan Charles

« Singulièrement fasciné par la constitution d’œuvres comme le Centaure Mourant (2008) d’Alain Séchas, je vois mes créations comme des mises en scène d’un rapport traditionnel à la création artistique (se manifestant soit par la référence à l’histoire de l’art, soit par la mise en scène d’outils ou de matériaux de beaux-arts), réalisées grâce à des outils, des approches retrouvées dans le champ de l’art contemporain (projection, vidéo, interactivité) et nécessitant parfois des opérations particulières dans le temps et l’espace. Cette démarche, qui se caractérise par une manière de promouvoir le travail artistique tout en le segmentant, naît d’une volonté d’inspirer des doutes sur l’activité artistique elle-même. En effet, au-delà de cet aspect d’engagement désengagé, de prise de risque de ne pas en prendre, subsiste un parti pris de la complétude, un dogme associant matériellement des visions antipodiques de l’art (par confrontation ou collaboration plastique) et dont l’objectif est d’amener le regardeur à s’interroger sur l’attrait par « l’originel », l’estimation de la contemporanéité ou encore l’intervention de la référence. Ma démarche s’inscrit donc également dans un art sur l’art et propose par conséquent un partage avec le regardeur sur la complexité d’une activité si proprement humaine. » Ronan Charles

Image : Ronan Charles, L’extase matérielle, marbre blanc, cadre 40 cm, août 2014

http://ronan-charles.com/

16h00, capc, salle des communications.

Avec le concours du pôle culture et vie étudiante, université Bordeaux Montaigne