Mercredi 9 novembre : Joël Degbo

Capc, 7 rue Ferrere, salle de communication, 16h00.

Joël Degbo est né à Paris, il vit à Villepinte où il a grandi et fait ses recherches. Diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris et de l’École des Beaux-Arts de Nantes. Il a entre autres suivi un cursus de peinture et vidéo à la St-Martin School de Londres.
“Joël Degbo peint ou filme cette sagesse connue de tous : « Le passé conseille l’avenir. » Au moyen de ses vidéos, il montre le présent à l’œuvre, l’instant : un immeuble en destruction, la construction d’une chaufferie… Les images de ces sujets apparemment insignifiants questionnent notre définition du patrimoine. Par opposition, la peinture montre un état où se mêlent le passé, le présent et le futur : on y voit l’abandon, la décomposition d’une carcasse sur le bord d’une route, les végétaux pousser. Sa peinture parle de nostalgie où la lumière permet de renouveler notre regard, elle est comme un point de vue ou un parti pris. Ici pas d’humains mais uniquement la trace de leurs passages, tout est calme dans ces paysages où les différentes couleurs de la nuit font la lumière. Il se permet d’explorer diverses pratiques par le biais de son environnement. Aujourd’hui, c’est avec son frère architecte qu’il développe une réflexion artistique et architecturale autour des fluctuations qui animent l’espace, en interrogeant l’expérience des lieux de leur jeunesse connectés à leur expériences plus récente par la combinaison des outils de leurs mediums respectifs.”

Site de l’artiste : http://www.joeldegbo.com/
Septième gallery : https://septiemegallery.com/joel-degbo/

 

Unité de recherche 24141

Jeudi 20 et vendredi 21 octobre : Colloque “Des lignes et des lettres. Écrits d’artistes et abstraction”

Si la naissance de l’art abstrait est indissociable de son assise théorique développée par ses principaux acteurs, la considération des écrits d’artistes abstraits des générations ultérieures est plus limitée. Leur présence dans le champ critique est liée à des études de discours chronologiques, pensant les écrits au sein d’un corpus très divers. Cette journée d’étude se propose à ce titre de repenser l’étude du discours abstrait au prisme des écrits d’artistes, à la croisée de la ligne et de la lettre.
La journée d’étude est organisée dans le cadre du Séminaire sur l’art d’aujourd’hui de Richard Leeman, avec le soutien du laboratoires ARTES et de l’Université Bordeaux Montaigne. L’évènement se déroulera dans la salle des communications du CAPC musée d’art contemporain.

Programme

Jeudi 20 octobre

13h30 — Accueil des participants
13h50 — Introduction – Richard Leeman et Coline Degruson, Université Bordeaux Montaigne

SESSION 1 — NAISSANCE ET DIFFUSION DES THÉORIES ABSTRAITES
Modération : Coline Degruson
14h10 — Les écrits de Robert Delaunay et les débuts de l’abstraction – Sophie Goetzmann, docteur en histoire de l’art contemporain, Université Paris Sorbonne
14h50 — Du rapport texte-image dans les essais de Kandinsky, Van Doesburg, Malevitch et Moholy-Nagy publiés par le Bauhaus  – Hélène Trespeuch, maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Paul Valéry

15h30 — Pause

SESSION 2 — ABSTRACTIONS ET ACADÉMISMES DANS L’APRÈS-GUERRE
Modération : Hélène Trespeuch
15h40 — L’abstraction contemporaine face à la réélaboration de l’héritage théorique et pictural de Kandinsky : l’activité du jury du Prix Kandinsky (1946-1961) – Costanza Ballardini, chercheuse, Università Cattolica del Sacro Cuore
16h20 — Des abstraits qui en évitent le mot : le cas des artistes musicalistes – Marion Sergent, docteur en histoire de l’art contemporain, Université Paris Sorbonne
17h00 — Les débats sur l’abstraction dans les écrits d’artistes irakiens (1949-1971) : pour une approche historique et mondiale d’un mouvement – Zouina Ait Slimani, doctorante en esthétique, histoire et théorie des arts, Ecole Nationale Supérieure de Paris, Université de Genève

Vendredi 21 octobre

SESSION 3 — VERS UNE ÉPISTÉMOLOGIE DE LABSTRACTION : DÉVELOPPEMENTS CONTEMPORAINS
Modération : Sophie Goetzmann
10h00 — Indétermination typologique et dérivation critique : pour une relecture des théories artistiques de Sol LeWitt – Emilie Robert, docteur en histoire de l’art contemporain, Université Paris Panthéon-Sorbonne
10h40 — Abstraction today according to artistswritings : from Peter Halley to Seth Price – Alessandro Ferraro, doctorant en histoire de l’art contemporain, Université de Gênes
11h10 — Pause café
11h30 — François Morellet, lire entre les lignes – Coline Degruson, doctorante en histoire de l’art contemporain, Université Bordeaux Montaigne

Colloque organisé par Coline Degruson, doctorante, université Bordeaux Montaigne.

Unité de recherche 24141

Mercredi 19 octobre : Priscille Claude

Capc, 7 rue Ferrere, salle de communication, 16h.

Priscille Claude est née en 1979 à Fontenay-aux-Roses, elle vit et travaille à Bordeaux depuis 2003. Elle a étudié la Philosophie à l’Université de Caen, passé deux ans à l’école des Beaux-Arts de Caen, obtenu son DNSEP en 2006 à l’école supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux. En 2015, elle obtient un Master en Documentation et Systèmes d’Information à l’université de Bordeaux.
Priscille Claude est essentiellement peintre, elle s’intéresse également à la vidéo et aux réseaux sociaux en tant que médium de création et de diffusion. Elle travaille à partir d’images contemporaines glanées sur le net qui la fascine : la prolifération de la pornographie depuis l’avènement du Web, le cinéma de genre… Elle questionne l’image des femmes à l’écran, la représentation de la sensualité, l’empowerment féminin, le glamour et la possibilité d’un  « female gaze » dans le champ de l’art.
Elle s’intéresse également à la diffusion de son travail dans l’édition de livres et de fanzines sérigraphiés notamment chez Méconium éditions, Gestrococlub et Strange Cessation aux USA.
Une exposition personnelle lui a été consacré galerie 5un7 à Bordeaux en 2022, elle a participé au group show « La Dame à la Licorne » aux Glacières de la Banlieue à Bordeaux, à l’exposition collective « Villna » à La Réserve-Bienvenue à Bordeaux.  Un livre aux éditions « Bienvenue au Village » en collaboration avec l’artiste et éditeur Thierry Weyd paraîtra également cette année.

 

Mercredi 12 octobre : We Are The Painters

Capc, salle de communication, 16h30

Formé en 2005, le duo We Are The Painters est constitué de Aurélien Porte et Nicolas Beaumelle, tous deux diplômés de l’école supérieure des Beaux-Arts de Nantes en 2006. Ils développent depuis une recherche picturale liée au processus de création d’une mythologie commune. Ils sont représentés par la galerie In Situ -Fabienne Leclerc.

“Notre première collaboration sous le nom de We Are The Painters était une video tournée lors d’un séjour Erasmus à Glasgow en 2005. La camera fixe nous filme dans un paysage en train de peindre ensemble sur un grand format. Depuis nous signons toutes nos collaborations par WATP.
Un premier portrait de petite taille d’une figure féminine imaginaire réalisé à l’huile en 2006 devient le point de départ d’une série de portraits. Chaque élément qui compose cette première peinture est devenu un nouveau point de départ pour d’autres séries, comme les bouches, les chevelures qui deviennent des montagnes, ou les vêtements qui deviennent des costumes.
Cette année nous avons achevé la réalisation d’un film. Durant les sept dernières années ce projet a été au centre de notre pratique et présent dans nos expositions. Ce film ULMA est un conte qui se passe dans un monde de peintures et de paysages, on y retrouve tous les éléments de notre travail, les portraits y sont personnifiés et deviennent des personnages, les thèmes de notre peinture deviennent des éléments de décors.
Nous n’avons pas de technique de prédilection, nous peignons sur différents formats avec toutes sortes de peintures, chacun d’entre nous n’a pas de spécialité dans sa façon de peindre. Il n’est pas important de savoir qui a peint quoi, l’idée n’est pas de nous confronter sur une toile. Tout est réalisé en confiance et nous peignons par recouvrements successifs. Les coups de pinceaux ne sont jamais définitifs, Le plus souvent c’est en parlant que nous terminons nos peintures. Pour nous, les surprises et les heureux accidents sont légions.”

 

 

Unité de recherche 24141